French (Fr)English (United Kingdom)

OFF-STANDARD OPERATION OR DISMANTLING

A DARKWEB PLATFORM

The first operation of its kind in France.

One of the largest illegal platforms active in France on the "dark web" was dismantled after a large operation led by Customs, the first of its kind, announced Saturday the Minister of Public Accounts Gerald Darmanin. - Qualified as "exceptional", this operation, "the first of its kind in France" mobilized more than forty officers of the National Directorate of Intelligence and Customs Investigations (DNRED), the handlers of the customs and several technical experts. It took place simultaneously in several cities of France. The investigation, which continues, has been entrusted to the Central Office of the fight against crime related to information and communication technologies (OCLCTIC).

Narcotics, weapons and false papers.

The forum "Black Hand" ("Black Hand"), active in the part of the Internet not referenced by search engines, had been selling for over two years many illegal products and services (narcotics, weapons, false papers, stolen bank details ...), according to the minister's press release.

A darknet is a layered network (or network overlay) that uses specific protocols integrating functions of anonymization. Some darknets are limited to the exchange of files, others allow the construction of a complete anonymous ecosystem (web, blog, mail, irc). Sharing is anonymous users can communicate without much fear of interference from the share of governments or companies. For these reasons, darknets are often associated with political dissent type communication and illegal activities as in the case of the "Backhand" forum.

Many data entered.

The investigators seized nearly 4,000 euros in cash and around 25,000 euros in various virtual currencies. They were also able to access the content of the "Black Hand" server and proceed with the massive data entry. After 48 hours of police custody, four suspects were brought Friday to magistrates of the public prosecutor's office of Lille, after the dismantling occurred Tuesday.The main administrator of the site and "several other people were arrested".

According to the first elements of the survey, more than 3,000 people were registered on this forum, "thus confirming the very active character of this French forum".

"I congratulate DNRED's agents for this extraordinary operation, and the dismantling of this platform is a first at the national level and illustrates the mobilization of customs," said Gerald Darmanin in a statement.

Paul Emison for Day News World

 

CONFERENCE GOOGLE I / O EDITION 2018

The technology giant will introduce innovations in its leading products for the home, artificial intelligence and mobile devices. The details.

The Google I / O Developer Conference is meeting at its annual meeting in San Francisco, United States, and should receive, as of Tuesday, May 8, 2018, announcements related to the use of artificial intelligence (AI) on Android and other products and services of the internet giant

Although there has been no official advance of what will happen in the meeting, Google should prioritize developments related to certain products, among the large number of services that have in the technology industries, and over 7,000 million Internet products that he owns and operates.

This year's poster will feature stars such as artificial intelligence, virtual and augmented reality, big data, and the most important of all: Machine Learning.

Android, smartphone and accessories

Among the topics of discussion, it will probably be the future version of Android (although in this case, before you can really try it, you will have to wait for more than "a few months").

With Android P behind the scenes, Google is expected to unveil some new features as well as new development guidelines around Android P and API 28.

The company will showcase advances in artificial intelligence from Android and Google and news on its new portable platform, Wear OS, and Google Assistant for Android TV, Google Home, Google Play and Search, shipped The Verge.

Waze presented a program that allows for more accurate and real data on traffic

The conference will also revolve around the latest version of Android, which this year will be P. After reviewing the structure of last year's Android with Oreo, which has modernized and simplified notifications of smartphones update , the latest approach The Internet giant for mobile software is more visual and focuses on interface design improvements.

With regard to artificial intelligence, Sundar Pichai used different presentations, talking about software, that he could see and understand the world, identify objects and analyze natural language, which will contribute to almost all Google products improve in the coming years.

This process has already begun, with products such as the Google Assistant software based on voice and text, Google Translate and Google Lens and the image recognition platform.

The conference, which runs until Thursday, May 10, 2018, will be held once again in scenic Mountain View, California

For information it will be possible to follow live the conference on the web by going on the following link:

https://events.google.com/io/

Good conference to all

To be continued ….

Steven Colton  for Day News World

MARK ZUCKERBERG'S PIROUETTES

BEFORE THE AMERICAN SENATE

"We are listening, America is listening, and the world is also listening to us," said a congressman.


The founder of the social network was heard by members of several US Senate committees for three hours on Tuesday night. All the members of the US Senate's trade and justice committees are very much aware of the issue of the hearing. was going to start reminded Facebook founder and CEO Mark Zuckerberg that " America is listening and the world is also listening to us"

The CEO of Facebook was summoned to explain the cases of invasion of privacy of its users, but also political manipulation and foreign interference in the US presidential election.

The 44 elected officials were a little upset by the scandal of Cambridge Analytica from the beginning of the audition. "Cambridge Analytica used the data collected through Facebook to influence the US presidential election , " Democrat Dianne Feinstein told a destabilized Mark Zuckerberg.

"The tech industry has an obligation to answer questions about the use of personal data, and the status quo can not work," said Grassley.

The founder of Facebook did not hesitate to take responsibility for not having understood in time how Facebook could be diverted in many ways. "I'm responsible for what's going on" going so far as to renew his personal apology. " It is clear now that we have not done enough to protect these (Facebook) tools from mischievous uses such as fake news, interference in elections or hate speech. It was a big mistake. I am sorry. I created Facebook, I run it, I'm responsible for what happens, " he said. "It was my mistake, I'm sorry." "It will take time to complete all the changes needed to limit these misuses," he added.

He then recapitulated past or future measures to rectify the problems. So about hate speech published on the social network, Mark Zuckerberg explained that he was betting on artificial intelligence. "We are developing artificial intelligence software that can better detect this content," he said. He also said that Facebook is hiring more and more people to work on the security of its social network, which is expected to have 20,000 people by the end of 2018, focusing specifically on security issues.

He also praised the "positive" uses of Facebook and social networks, such as the platform they recently offered to women as part of the #metoo movement, or the opportunity for small businesses to advertise and " It's our mission to connect people all over the world and bring them closer together, and to do that, we believe we need to provide a service that everyone can afford," he said. added.

Mark Zuckerberg also said he has engaged "an arms race" against "people in Russia whose job is to operate our systems and other internet systems" . He also confirmed that Facebook was cooperating with the team of the special prosecutor Robert Mueller, who is investigating Russian interference in the 2016 US presidential campaign.

But it is clear that the young boss of 33 years has tended to avoid embarrassing questions by hiding behind his team. "I do not know" , " I do not know" or " My team can come back to you about it" are undoubtedly the most pronounced sentences

Democrat Maria Cantweel questioning her about the possibility that Palantir, another data analysis company, was able to retrieve information in the manner of Cambridge Analytica came up against a dry wall "Ok". To Senator Roger Wicker who asked him about tracking user activity off Facebook. "You do not know ?" finally ended up letting go of the furious Republican.

"Would you agree to tell us what hotel you stayed in yesterday?" Asked Senator Dick Durbin. An embarrassed response from Facebook's founder: "Uh ... no" And the Democrat to bid: "If you sent messages this week, would you agree to tell us who?" "No, I would not agree to do it here publicly," Zuckerberg admits. " That's what we're talking about today: your right to privacy - it's about your right and whether you're willing to give up on it, so to speak, to connect the world. the world should be able to control how its data is used, " concluded the elected Illinois, facing a destabilized Mark Zuckerberg.

Several elected officials have mentioned the possibility of a stricter law to regulate the activity of the giants of the web, which would be inspired by the European regulation on data protection.

On several occasions, Mark Zuckerberg has evaded the simple but sensitive questions of elected officials annoyed: " Facebook traces surfing data of users, even when they are not connected? Or " Could other applications have recovered large amounts of data?" How long do you keep the data of users who delete their account?

"I do not know," "my teams will keep you informed," "I'll come back to you," Mark Zuckerberg said. The CEO of Facebook has promised several times to provide additional answers to senators, but many elected officials have expressed their " skepticism" in response to his unconvincing responses.

Mark Zuckerberg nevertheless gave some tips on the management of personal data. Asked about the possibility of offering a paid version of Facebook that does not exploit the data of its users, the founder did not oppose adding however that there would be "always a free version . "

This is just the beginning of a long test for Mark Zuckerberg. Indeed the Congress will audition again the young founder of Facebook, but this time to the room, from Wednesday for a new audition. Then will come the results of the current audit on applications that access a large volume of data.

"We need to become more aware of our responsibilities, to make sure that Facebook is used wisely, and in the end, people will come to see a real difference," assured Zuckerberg confidently.


Paul Emison for Day News World

FACEBOOK MAKES CHANGES

TO KEEP THE CONFIDENCE OF ITS INTERNET


Facebook hit the headlines with the Cambridge Analytica case, which reminded many of the extent of online monitoring by the social network, for advertising purposes and more! The social network has been accused of allowing a private British communications company to use data from 50 million social network users for political purposes without having obtained their explicit consent !!

Facebook has more than 2 billion users worldwide. In France, no less than 34 million people connect to it at least once a month. Facebook and its application gallery (WhatsApp, Instagram, Messenger) certainly facilitates communication with our loved ones, sharing photos of our holidays ... but also uses our personal data to be able to maltreat them.

Tim Berners-Lee, the creator of the Web, reminded loudly that new technologies. "Many of us accept that our data is collected for free services, but we do not know a trick," he wrote.

"We lock them in silos away from our eyes, and we lose the potential benefits of direct control over our own personal information . " A truth good to remember.

Users to compel the company that has achieved nearly 40 billion in revenue in 2017, thanks to their personal information to better protect their data.

Besides, Zuckerberg must explain this data leak in London.

And on Monday, the US Trade Commission (FTC) announced that it will review the group's private data practices. The boss of Facebook must therefore appear before the Congress for an audition in the coming weeks.

Faced with the slingshot of Internet users through the campaign #DeleteFacebook force is to react to not lose the trust of the latter.

While we promise Facebook to better protect personal data?

Facebook will allow you to erase your data more easily

In the grip of an unprecedented scandal, the social network announced Wednesday, March 28, new measures to allow Internet users to better control their personal data.

The company announced in a statement its intention to offer "a simplified and maximum control of their privacy settings" to its members.

All settings in the same space on mobile

The first step is to centralize the privacy settings of the mobile application in a single interface while until now the settings for advertising preferences, privacy or security were scattered over twenty different screens . The grouping will be done in the same space entitled "Shortcuts of confidentiality" . This will facilitate the control and visibility respectively of their personal data and their publications.

Tools to more easily delete data

The management of the tracks left by users on the platform will also be simplified by allowing its members to access all their publications faster (comment, like, photo or status). By grouping in one place all this information the user will have the possibility of the latter

The speaker connected to voice assistance, able to collect many personal information in the heart of the home of its owners for later ....


Paul Emison for Day News World

FAILURES OF SAFETY IN

AMD PROCESSORS

 

The specialists identified thirteen problems in the AMD components that are the processors that equip businesses, individuals, burnouts, whether they are professionals or consumer devices.

One of the largest computer security companies would have even claimed that some microprocessors of the American AMD had major security breaches, while the industry is still struggling with the Specter and Meltdown vulnerabilities.

"A security audit of CTS Labs revealed several important security vulnerabilities (...) in AMD's latest processors, (called models) EPYC, Ryzen, Ryzen Pro and Ryzen Mobile"

AMD (Advanced Micro Devices) reported

"To be reviewing this study, which we have just received, to understand the methodology and relevance"

By allowing hackers to penetrate the systems, they will be able to "expose AMD's customers to industrial espionage," notes CTS.

CTS Labs claims that the Ryzen model, manufactured by the Taiwanese ASMedia, contains "back doors" inserted by the manufacturer that can be used by hackers.

These "back doors" are secret access routes to a computer system sometimes inserted voluntarily to facilitate remote intervention on the systems.

"Networks with computers (with components) AMD present a considerable risk , " says CTS, noting that the flaws survive the restart of computers and the reinstallation of operating systems.

This, CTS insists, makes possible "a permanent and virtually undetectable spying, buried deep in the system".

After the discovery of major flaws called Spectrum and Meltdown, affecting microprocessors and chips that run the electronic and computer systems of Intel, ARM and AMD the entire technology sector is worried and embarked on the development and the security patching to mitigate risks.

The firm EnSilo, also specialized in computer security, even considered that the revealed faults were undoubtedly worse than Specter and Meltdown, notably because of their resistance to resettlement.

AMD indicates that it makes every effort to solve the problems as soon as possible !!

Luc T. for Day News World

FACEBOOK IN THE COLLIMATOR

DATA LEAKAGE FOR THE TRUMP CAMPAIGN


This is not the first time that Facebook has been in the spotlight. The social network, which has more than 2 billion users worldwide, is currently facing one of the worst crises in its history.

Indeed Cambridge Analytica is a data analysis company for electoral purposes and worked on the digital strategy of the candidate Donald Trump in the 2016 US elections.

According to The Guardian, the company was led by Steve Bannon, a close adviser to Donald Trump before he was ousted from the White House in the summer of 2017.

And the billionaire Robert Mercer, ultra conservative and important donor of the Republican Party, would have financed Cambridge Analytica up to 15 million dollars.

The company reportedly collected private data from nearly 50 million Facebook users without their consent. The data collected would have made it possible to develop a software capable of predicting and influencing the vote of the voters. It was to provide Steve Bannon, director of the Donald Trump campaign, with software tools able to identify potential supporters of the campaign. Republican candidate, and target them precisely through online election advertisements, report the American daily The New York Times and British The Guardian. Donald Trump's campaign also reportedly used the data to simulate voter turnout or identify areas where Trump's travel would be most effective.

This company maintains links with the American Republican Party and claims to have information on more than 230 million American voters ...

This case was revealed by a whistleblower, Christopher Wylie, in the columns of the Guardian and the New York Times.

Since then, political reactions have raged to ask Facebook for more details on how personal data of voters could be used for electoral purposes. Several members of Congress expressed concern about a possible violation of privacy. On Monday, Democratic Senator Ron Wyden wrote to Facebook's founder asking for details about sharing social network users' data with third parties.

Britain's private data protection regulator on Tuesday called for permission to search Cambridge Analytica's offices for illegally acquiring data from Facebook users.

Facebook boss Mark Zuckerberg is now called to appear before a parliamentary committee. Parliamentarians want an answer from Mark Zuckerberg by Monday. "We are asking for a mandate so that, as a regulator, we can search the servers, perform a data check , " BBC Radio 4 Elizabeth Denham, head of the Information Commissioner's Office (ICO) told BBC Radio 4 on Tuesday. ), an independent authority responsible for regulating the sector and protecting personal data.

Facebook has announced that it has "suspended" its activities with Cambridge Analytica.

This new business is tarnishing the image of Facebook.


Paul Emison for Day News World
There are no translations available.

AMAZON GO: PREMIER SUPERMARCHE SANS CAISSE

Le premier supermarché sans caisses ouvre enfin au public

Une une année de test réservée aux seuls employés de la société ont suffi pour ouvrir le premier magasin Amazon Go à tous dans la ville de Seattle.

Y acheter une bouteille d’eau ne prend par exemple qu’une seule petite minute montre en main.

Elle est située rez-de-chaussée du nouveau siège d’Amazon, sur la Septième avenue de Seattle (Etat de Washington).

Certes l'ouverture était prévue il y a presque un an mais Amazon a appliqué au retail sa méthode habituelle, certes très éloignée des pratiques des distributeurs : mettre sur le marché en beta ou, en l’occurrence, en beta privée, un "minimum viable product" et procéder par itérations pour l’améliorer au contact de la réalité.

Parangon d’un test&learn sans tabou qui lui a toujours réussi, Amazon n’a pas hésité à reporter de plusieurs mois l’ouverture au public, le temps de mettre au point sa technologie "Just Walk Out".

Après les achats en un clic, la livraison par drone ou le bouton de commande, voici la première boutique physique sans file d'attente ni caisse de paiement.

L’inteelon Recode, le magasin ressemble à un classique 7-Eleven, une supérette très courant aux Etats-Unis.

On y trouve des salades, des sandwiches, des boissons ou encore quelques plats préparés. La seule différence : de simples portiques qui remplace les caisses à la sortie du magasin

Le fonctionnement est simple. Vous entrez, prenez l’article de votre choix et ressortez. Le tout sans passer en caisse ni avoir à voler le produit.

Mais pour qu'un tel «  miracle » se réalise vous est offert l’appli Amazon Go que vous aurez préalablement chargée et qui vous aura permis de biper pour accéder au premier supermarché physique du célèbre marchand en ligne. Des centaines de caméras,peintes en noir mat pour se fondre au plafond, et de capteurs sur les étagères auront vu les produits saisis et les auront ajouté au panier virtuel de l’app du client qui, en retraversant les portiques, sera facturé et débité, façon "zéro clic".

"Il y a cinq ans, nous nous sommes demandé si nous pouvions créer (…) un magasin où les clients pourraient simplement prendre ce qu'ils veulent et aller payer. Nous avons créé la technologie d'achat la plus avancé au monde pour que vous n'ayez plus jamais à faire la queue", expliquait fièrement Amazon sur son site.

Cette ouverture au public est à voir comme l’extension du test à un échantillon plus varié d’utilisateurs et non comme le début d’un déploiement.

Il semble que cette technologie ne fonctionne que sur un assortiment réduit et ne soit pas au point pour un hyper de plusieurs dizaines de milliers de références actuellement;

En effet ne sont d’ailleurs commercialisés que des articles de taille et de poids fixes. Aucun fruit ou légume en vue, les sandwichs sont dans des barquettes en plastique, et chaque produit n’existe que dans un format et un prix. La puissance de calcul nécessaire à l’interprétation des données des capteurs et des images filmées est sans doute déjà conséquent.

Paul Emison pour Day News World
There are no translations available.

PIRATAGE MASSIF CHEZ UBER OU LE SILENCE DES HACKERS ACHETE

Les données de 57 millions d’utilisateurs, clients ou chauffeurs, ont été piratées en 2016, a annoncé l’entreprise.

« Rien de tout cela n’aurait dû se produire, et je ne vais pas chercher des excuses.». Mardi 21 novembre, le PDG d’Uber, Dara Khosrowshahi, a révélé que les données de 57 millions d’utilisateurs dans le monde entier avaient été piratées en 2016.

Ce sont les noms, adresses e-mails et numéros de téléphone de 57 millions d’utilisateurs d’Uber qui ont été dérobés par les pirates. Parmi eux, 600 000 chauffeurs américains, dont les numéros de permis de conduire figurent aussi dans les données volées.

En revanche, Uber affirme qu'aucune information bancaire n'a été exfiltrée, pas plus que les dates de naissance, les historiques de trajets ou les numéros de sécurité sociale (importants aux États-Unis).

La direction dit n'avoir constaté "aucune preuve de fraude ou d'utilisation frauduleuse liée à cet incident", et "surveille les comptes affectés".

Pour le moment, on a aucune précision sur les nationalités des utilisateurs touchés .

Mais selon Uber ces données n'auraient été ni exploitées, ni vendues, ni publiées en ligne…d'autant que Dara Khosrowshahi explique avoir « identifié les individus » responsables du piratage et avoir « obtenu l’assurance que les données piratées avaient été détruites ».

Et à la chaîne Bloomberg, de dévoiler les dessous de l’affaire. Le média américain assure qu’Uber a payé une rançon de 100 000 dollars (85 000 euros) aux hackers en échange de la suppression de ces données et de leur silence !!!

Pour Uber les utilisateurs n'aurait pas à prendre de mesures spécifiques relatives à ce piratage. Cependant mieux vaut tout de même « vérifier régulièrement leurs comptes bancaires et Uber », pour s’assurer qu’il n’y a pas d’activité anormale. Les chauffeurs américains concernés seront quant à eux prévenus individuellement.

Selon les informations de Bloomberg, les deux pirates auraient eu accès à des fichiers utilisés par les ingénieurs d’Uber et stockés sur GitHub – une importante plate-forme en ligne utilisée par les développeurs du monde entier pour partager leur travail.

D'après les lois américaines les entreprises se trouvent dans l'obligation d’informer leurs utilisateurs et les autorités, en cas de fuite d’informations sensibles. Or, Uber a attendu plus d’un an avant de dévoiler ce piratage.

Le procureur de New York et l’autorité de protection des données britannique ont dans la foulée ouvert des enquêtes. L’annonce d’Uber « soulève de grandes inquiétudes concernant la façon dont elle protège ses données et sur son éthique », souligne dans un communiqué l’autorité britannique. « Cacher délibérément des failles de sécurité aux yeux des régulateurs et des citoyens pourrait nécessiter des amendes plus importantes pour les entreprises. »

Certains experts expliquent cependant que des pirates qui disposent des noms, e-mails et numéros de téléphone peuvent monter des campagnes de phishing (hameçonnage) en créant de faux mails d'Uber, lesquels inviteraient les victimes à "confirmer" leurs coordonnées . Nous sommes en fait plus ou moins condamnés à faire confiance aux applications. Il faut donc éviter de donner nos coordonnées à celles que nous n'utilisons pas et/ou qui n'inspirent pas confiance. A tout le moins utiliser une adresse électronique alternative pour ce genre de services, différente de l'adresse principale.

N'oublions pas que les cyberattaques sont une nouvelle forme de guerre économique!! Les piratages massifs de données d’entreprises se multiplient aux États-Unis. Mais la plupart des entreprises concernées choisissent d’informer leurs utilisateurs pour qu’ils changent leurs mots de passe et avertir les autorités.

La cyberattaque la plus importante de l'histoire a touché en 2013 Yahoo! avec 3 milliards de comptes utilisateurs affectés. Révélé en décembre 2016, l'ampleur du piratage, d'abord estimé à 1 milliard de comptes, a été revu à la hausse le mois dernier. Mais il ne concernait ni les mots de passe ni les coordonnées bancaires, a assuré le groupe américain.

Que risque Uber ? Des amendes, sans doute, d'autant qu'il y a manifestement dissimulation. Aux l'équipe de Donald Trump pourrait être plus conciliante que ne l'aurait été la précédente administration.

Et en Europe, on attend en mai le Règlement général pour la protection des données (RGPD), qui exposera les entreprises ayant perdu des données personnelles à des amendes pouvant aller jusqu'à 4% de leur chiffre d'affaires. Soit environ 260 millions de dollars dans le cas d'Uber.

Toujours est-il que la réputation d' Uber déjà ternie par plusieurs scandales( utilisation d'un logiciel pour rendre ses voitures invisibles aux yeux des forces de police) ne pourra en sortir grandie.

Paul Emison pour Day News World
There are no translations available.

CONSUMER ELECTRONIC SHOW

LES START-UP FRANCAISES ET LA MAISON CONNECTEE

A quelques semaines du Consumer Electronic Show CES, la grand-messe des entreprises high tech à Las Vegas qui se tiendra du 9 au 12 janvier prochains, plusieurs start-upont présenté leurs innovations au Palais Brongniart.

Beaucoup se cantonnent encore au secteur des objets connectés le plus grand salon high-tech du monde. 5.000 Français s'étaient rendus à l'édition 2017, et plus de 250 entreprises tricolores y ont exposé leurs innovations (dont 200 start-up), soit trois fois plus qu'il y a quatre ans.

Et cette année, pas de doute possible, les Français misent sur la maison connectée. A l'occasion du grand show de Las Vegas, les start-up présenteront leurs dernières innovations, parfois tout juste commercialisées.

Cette fois encore, la délégation française devrait jouer la sécurité en portant des projets autour des objets connectés pour la maison ou la santé.

Un segment sur lequel a émergé une vraie "French Touch. C'est un véritable aperçu de la maison de demain .

Ce sera par exemple le cas d'Eric Denoyer, ancien directeur général de Numericable et de SFR, qui est venu dévoiler les objets conçus par sa start-up, Otodo.

A ce petit jeu là, la technologie de Otodo est particulièrement intéressante.

La start-up a développé un petit boîtier à brancher sur sa box internet, comme un hub, capable de commander des objets connectés, des ampoules par exemple, mais aussi les objets qui sont simplement radiocommandés.

Si quelqu'un utilise des volets roulants ou un portail par exemple, le petit boitier de Otodo sera en mesure de les gérer .

Ween a développé un système de localisation sur les smartphones de ses utilisateurs : en fonction de sa localisation, s'il s'approche ou s'éloigne de son domicile, Ween active ou pas le chauffage, les volets, etc 

Elle a développé un thermostat intelligent, déjà dévoilé au CES de Las Vegas. Mais cet outil intègre une fonctionnalité inattendue, la gestion de la localisation des utilisateurs.

Pour autant, pas question d'aller acheter le système de Ween, ni celui de Otodo. Les deux start-up vendent en effet leurs solutions directement aux constructeurs de maisons ou aux opérateurs.

Pour entrer dans la maison connectée de demain, la start-up Ween a retenu ce même mode de distribution, vendre sa solution directement aux opérateurs et aux constructeurs de maison

D'autres industriels français rempilent, comme Legrand, Somfy, Valeo, rejoints par de nouveaux venus : l'équipementier automobile Faurecia (qui exposait plutôt à Detroit jusqu'ici), ou Navya, le fabricant de navettes autonomes.

On ne sait pas encore si Renault, L'Oréal, Pernod Ricard et d'autres sociétés du CAC 40 présenteront de nouveaux produits et services au CES 2018 comme ils ont pu le faire.

Ils pourront exposer dans de nouvelles sections thématiques du salon, dédiées à la smart city, au sport et à l'intelligence artificielle. Le CES 2018 aura lieu du 9 au 12 janvier prochain à Las Vegas. 170 000 visiteurs du monde entier découvriront les innovations de près de 4000 exposants

Paul Emison pour Day News World

YOUR COMPUTER NEEDS !!

DEFRAGMENTATION TOOL


At any time and for many reasons (temporary files, swap area, etc. ..) your hard drive is fragmented !!

For the story, if at the time of the release of Windows 95 in 1995 the system contained a fast fragmentation tool effective and included in the system it is not the same currently.

Yes, Microsoft had also been criticized for providing a well-known Microsoft Internet Explorer web-browsing tool (included and free) to Windows 95, while many software companies at the time were selling web crawler software! !!

Today we do not know if it is for calculation, economy, or to leave the share to the other companies of software creation but it is a fact, the defragmentation tool provided with the current systems are not of a extraordinary performance. !!!!

Of course it is possible to buy a tool to complete your machine with a High Performance Defragmentation utility .

Defragmentation and a process that brings together the clusters that make up the files on your machine in a contiguous way to increase the performance of your PC.

Whatever the size of your Ram (memory of your PC) the system will anyway call for temporary files and a disk swap disk area performance because if the speed of the memories is measured in nanoseconds (0.000000001s ) the hard disks are in milliseconds (0.001s)

The new SSD-type drives are actually memories, but first and foremost their higher cost than the hard drives are one of the reasons why the classic hard drive still equips a very large fleet of machines.

The type of memory used in the SSD is not identical for many technical reasons to the RAM memory of a PC!

So yes the SSD is faster than a hard drive but there is still a very strong margin of progress in terms of disk type "Memory Disk" !!

On the other hand the disorder in the structure is whatever the technology of the disc a brake evicting the speed !!!!!

If to limit the wear of first generation SSDs whose life was quite limited we can say that currently even SSD can now benefit from defragmentation , so it is a great idea to have a PC at the top of its performances !!!!!!


After many tests of software in terms of defragmentions we choose Defraggler from Piriform for its quality.

Moreover Defraggler exists in several version of which a Free version that you will be able to download on the link which we provide with this article !!!

It's Free and Safe (no risk of viruses) !!!

Defraggler Professional version brings even more, it is paid but inexpensive so if the free version has seduced you do not hesitate to take the plunge.

To Go to the Special Page and download Defraggler safely it's here:

Click on the icons above
This Article is the first in a long series to come on technology and tools and programs.

Expert in Computer Science, in technology, this section is with my team the result of numerous tests to evaluate the best software and make them available to our readers with efficient and high-performance complete versions.

Of course Free Download !!!

Do not hesitate to leave us a message !!! Thanks in advance


LUC T for Day News World
There are no translations available.

CONDAMNATION DE L'HERITIER

DE SAMSUNG M.LEE

A CINQ ANS DE PRISON

Dans un contexte de frustrations économiques et sociales, les manifestants avait exigé et obtenu le départ de Mme Park.

Le successeur de Mme Parka, Moon Jae-In promis d'éradiquer la corruption entre pouvoirs politique et économique.

Samsung, qui pèse un cinquième du PIB, est de loin le premier de ces chaebol s- les conglomérats sud-coréens- de la quatrième économie d'Asie lesquels ont toujours entretenu des liens malsains avec le pouvoir politique.

C'est pourquoi M. Lee, 49 ans, a été reconnu coupable de corruption, abus de bien sociaux, parjure et condamné à cinq ans de prison en rapport avec des versements à la confidente de l'ombre de Mme Park, Choi Soon-Sil.

Pour la justice sud-coréenne l'héritier de l'empire Samsung a versé un total de 8,9 millions de wons (6,6 millions d'euros) pour l'obtention du soutien du gouvernement lors la passation générationnelle du pouvoir au sommet du groupe à la suite de la crise cardiaque de son père en 2014.

"Il a proposé des pots-de-vin en réponse aux demandes insistantes de la présidente", a tranché le tribunal malgré les démentis de l'accusé. Concernant 22 autres millions de wons versés à des fondations contrôlées par Mme Choi, il a été relaxé dans la mesure où les juges ont estimé que Samsung avait été obligé d 'obtempérer aux desiderata de la présidence.

Deux autres cadres dirigeants ont été également condamnés.

Les conseils de M. Lee vont faire appel de la décision.

Boby Dean pour Day News World

WORLD CYBERWATCH

«WITHOUT PREVIOUS» according to EUROPOL

"The recent attack is unprecedented and will require a complex international investigation to identify the perpetrators," said the European Police Office Europol "whose European Cybercrime Center (EC3)" is working with cybercrime units Of affected countries.

During the night, the list of victims of the global cyber attack detected Friday by the American and British authorities has massively extended:

About 100 countries have been hit by a global cyber attack.

On Saturday morning, there were about a hundred countries targeted by hackers and many companies or public services acknowledged being hit or attacked. In the UK, about forty hospitals saw a demand for ransom appear on their screens.

Prime Minister Theresa May said in the early evening on SkyNews that

"This is not the NHS, it is an international attack and several countries and organizations have been affected."

In France Renault had to stop the production of certain sites. The Sunderland plant in the Japanese manufacturer Nissan, a Renault partner, was also hit, a Nissan spokesman confirmed.

Public organizations and companies have been affected in the United States. The FedEx package giant has admitted to being infected. And in the United Kingdom, but also in Spain, Australia, Belgium, France, Germany, Italy, Mexico, China, Ukraine and Taiwan. Telefonica in Spain but also the German railways, the Deutsche Bahn, said they were the target of its attacks.


"About 1,000 computers from the Russian Interior Ministry have been affected by a massive cyb er attack," a spokesman for the ministry told Interfax on the evening of 12 May. The Russian banking system has been affected.

A spokeswoman for the ministry, Irina Volk, told agencies that the virus was attacking Windows-based PCs.

"The virus has been located and the technical operations are underway to destroy it and to revive anti-virus programs," she said.

The list of affected countries is particularly long and there is little doubt among experts:

For them all incidents are linked.

And this is all the more so because in many cases, the same messages, containing a ransom demand of 300 dollars payable in bitcoins appeared on the screens of the victims.

"We have seen more than 75,000 attacks in 99 countries,

"Said Jakub Kroustek of Avast IT security company on his blog. Another computer security company mentioned "a major campaign to spread infected emails", with some 5 million emails sent every hour spreading the malware called WCry

, WannaCry, WanaCrypt0r, WannaCrypt or Wana Decrypt0r.

How did the hackers proceed?

A ransom software exploited a flaw in Windows systems, leaked into pirated documents from the US security agency NSA.

This flaw in Windows had been discovered by the American intelligence services (NSA).

The pirates apparently exploited it.

Edward Snowden took the opportunity to give a new lesson to his former employer.

"If the NSA had privately discussed this flaw used to attack hospitals when they" discovered "it, rather than when it was stolen from them, it could have been avoided," says Edward on Twitter Snowden, the former cons

ultant to the US security agency who had unveiled the extent of surveillance of the NSA in 2013.

The virus, which exploits a flaw in the Windows operating system, encrypts the data and demands a ransom against the decoding key. The software used by hackers locks users' files and forces them to pay a sum of money in form Bitcoins to recover its use.

A practice, called "ransomwares" becoming more and more common.

"This ransom software can spread without anyone opening an email or clicking on a link. Unlike normal viruses, this virus spreads directly from computer to computer on local servers, rather than by email, "said Lance Cottrell, scientific director of the US technology group Ntrepid.

The social networks shared images with NHS computer screens requesting the payment of 300 dollars in bitcoins with the mention:

Oops, your files were encrypted."

The payment must occur within three days, or the price double, and if the money is not paid within seven days the pirated files will be erased, the message clarifies.

"Individuals and organizations are encouraged not to pay the ransom as this does not guarantee that access to the data will be restored," the US Department of Homeland Security said in a statement.

Soon after this flaw was made public, Microsoft released a fix to prevent attacks, but a plethora of systems were obviously not updated by their users. The pirates took advantage of this by writing their ransom request - which appears on the victims' screen and blocks it - in 17 languages.

Few users have used the patch released in the spring by Microsoft.

And to the US computer giant to publish Friday a long note to explain how to protect more specifically attacks related to WannaCrypt. He highlighted in particular the provision of an update of Windows Defender, the home system against malware..

Paul Emison for Day News World

 

Limite de caractères dépassée
5000/5000
Limite de caractères (5000) dépassée de 838 :
», a écrit le ministère américain de la Sécurité intérieure dans un communiqué. Peu après que cette faille a été rendue publique, Microsoft a publié une correction afin que soient évitées les attaques, mais une pléiade de systèmes n'ont visiblement pas été mis à jour par leurs utilisateurs. Les pirates en ont profité en rédigeant leur demande de rançon -celle qui apparaît sur l'écran des victimes et le bloque- en 17 langues. Peu d'utilisateurs ont donc utilisé le correctif publié au printemps par Microsoft. Et au géant informatique américain de publier dès vendredi une longue note destinée à expliquer comment se protéger plus particulièrement des attaques liées à WannaCrypt. Y soulignant notamment la mise à disposition d'une mise à jour de Windows Defender, le système maison de protection contre les logiciels malveillants.
WORLD CYBERWATCH
«WITHOUT PREVIOUS» according to EUROPOL
"The recent attack is unprecedented and will require a complex international investigation to identify the perpetrators," said the European Police Office Europol "whose European Cybercrime Center (EC3)" is working with cybercrime units Of affected countries.

During the night, the list of victims of the global cyber attack detected Friday by the American and British authorities has massively extended:
About 100 countries have been hit by a global cyber attack.
On Saturday morning, there were about a hundred countries targeted by hackers and many companies or public services acknowledged being hit or attacked. In the UK, about forty hospitals saw a demand for ransom appear on their screens.
Prime Minister Theresa May said in the early evening on SkyNews that
"This is not the NHS, it is an international attack and several countries and organizations have been affected."
In France Renault had to stop the production of certain sites. The Sunderland plant in the Japanese manufacturer Nissan, a Renault partner, was also hit, a Nissan spokesman confirmed.
Public organizations and companies have been affected in the United States. The FedEx package giant has admitted to being infected. And in the United Kingdom, but also in Spain, Australia, Belgium, France, Germany, Italy, Mexico, China, Ukraine and Taiwan. Telefonica in Spain but also the German railways, the Deutsche Bahn, said they were the target of its attacks.
"About 1,000 computers from the Russian Interior Ministry have been affected by a massive cyber attack," a spokesman for the ministry told Interfax on the evening of 12 May. The Russian banking system has been affected.
A spokeswoman for the ministry, Irina Volk, told agencies that the virus was attacking Windows-based PCs.
"The virus has been located and the technical operations are underway to destroy it and to revive anti-virus programs," she said.
The list of affected countries is particularly long and there is little doubt among experts:
For them all incidents are linked.
And this is all the more so because in many cases, the same messages, containing a ransom demand of 300 dollars payable in bitcoins appeared on the screens of the victims.
"We have seen more than 75,000 attacks in 99 countries,
"Said Jakub Kroustek of Avast IT security company on his blog. Another computer security company mentioned "a major campaign to spread infected emails", with some 5 million emails sent every hour spreading the malware called WCry, WannaCry, WanaCrypt0r, WannaCrypt or Wana Decrypt0r.
How did the hackers proceed?
A ransom software exploited a flaw in Windows systems, leaked into pirated documents from the US security agency NSA.
This flaw in Windows had been discovered by the American intelligence services (NSA).
The pirates apparently exploited it.
Edward Snowden took the opportunity to give a new lesson to his former employer.
"If the NSA had privately discussed this flaw used to attack hospitals when they" discovered "it, rather than when it was stolen from them, it could have been avoided," says Edward on Twitter Snowden, the former consultant to the US security agency who had unveiled the extent of surveillance of the NSA in 2013.
The virus, which exploits a flaw in the Windows operating system, encrypts the data and demands a ransom against the decoding key. The software used by hackers locks users' files and forces them to pay a sum of money in form Bitcoins to recover its use.
A practice, called "ransomwares" becoming more and more common.

"This ransom software can spread without anyone opening an email or clicking on a link. Unlike normal viruses, this virus spreads directly from computer to computer on local servers, rather than by email, "said Lance Cottrell, scientific director of the US technology group Ntrepid.
The social networks shared images with NHS computer screens requesting the payment of 300 dollars in bitcoins with the mention:
"Oops, your files were encrypted."
The payment must occur within three days, or the price double, and if the money is not paid within seven days the pirated files will be erased, the message clarifies.
"Individuals and organizations are encouraged not to pay the ransom as this does not guarantee that access to the data will be restored
There are no translations available.

DES IMPLANTS DANS NOTRE CERVEAU

POUR DEVENIR PLUS INTELLIGENT?

Connecter le cerveau avec des machines voici le nouveau projet d’Elon Musk qui semble sortir tout droit d'un scénario de science-fiction. C'est que l'ambitieux chef d’entreprise ne veut pas que l'homme soit dépassé par l'intelligence artificielle."Si nous restons simplement humains, nous deviendrons très vite de simples animaux de compagnies pour les intelligences artificielles." avait déclaré Elon Musk il y a un peu plus d'un an. Alors s'offre pour lui une seule et unique possibilité :

l’amplification du pouvoir du cerveau grâce au développement d'un "réseau neuronal". "Aujourd'hui, la limitation fondamentale entre nous et les machines, c'est l'entrée et la sortie des informations. Nous allons fusionner d'une manière symbiotique avec l'intelligence artificielle qui nous amènera à dépasser nos limites, en utilisant une interface direction, une sorte de lacet neuronal."

Elon Musk n'est pas le premier patron de la high-tech à se lancer dans le défi de l'humain augmenté . Microsoft et Google cherchent depuis des années des dispositifs intégrés permettant de vivre plus longtemps.

Mais cet entrepreneur de génie n'en finit pas de nous étonner : créateur de la voiture électrique Tesla et patron de SpaceX Elon Musk, le voilà lancé dans une nouvelle aventure plus risquée cependant . Il en est ,semble-t-il, conscient en créant sa nouvelle entreprise Neuralink comme le révèle son tweet : « Un long article sur Neuralink sera publié sur (le blog) @waitbutwhy dans une semaine environ.

Difficile d’y consacrer du temps mais le risque existentiel est trop élevé. » Car il s'agit bel et bien d' implant dans le cerveau pour devenir plus intelligent, pour rendre l'humain plus intelligent et fort face à l'intelligence artificielle. Des «puces» directement connectées aux neurones et capables de lire leur «code» et d'en envoyer en retour.

On ne peut ignorer les questions philosophiques et éthiques que soulève ce projet. Connecter le cerveau à l'ordinateur ne pose-il pas la question du risque de piratage ou de formatage des esprits humains par l'informatique ? Bref, du contrôle du cerveau pour être plus explicite ? Des cyborgs sortis tout droit de Terminator.

Actuellement les implants cérébraux servent à la neuroscience. Les rares «puces» insérées dans un cerveau ont une pure visée médicale pour la vision, la maladie de Parkinson,la paralysie ou l épilepsie...

Paul Emison pour Day News World
There are no translations available.

L'APPLE PARK IMAGINE PAR STEVE JOBS

« Pour Steve, le paysage californien, sa lumière et son immensité, étaient source d'exaltation et d'inspiration. C'est dans ce cadre qu'il aimait réfléchir. Apple Park saisit particulièrement bien cet esprit », a déclaré Laurene Powell Jobs, qui fut l'épouse de Steve Jobspple Park

Le complexe, titanesque, fut le dernier grand projet de feu Steve Jobs. .

Apple Park est le projet le plus imposant de l'entreprise ces derniers temps, mais aussi le dernier grand chantier lancé par Steve Jobs, il y a plus de dix ans. En juin 2011 l'édification de ce campus avait été ardemment défendu par le cofondateur d'Apple devant le conseil municipal de la ville où il s'était implanté en 1977 .

Ce campus révolutionnaire de la marque à la pomme, ouvrira ses portes en avril prochain selon la firme américaine. Au total, plus de 12.000 personnes prendront possession des lieux sur une période de six mois.

Au lancement du chantier en 2013, son coût était estimé à 5 milliards de dollars.

Le futur siège d'Apple sera situé au sein d'un immense espace vert s'étalant sur 70 hectares. Imaginé par Steve Jobs et conçu en collaboration avec l'agence d'architecture britannique "Foster and Partners" ce bâtiment de 260.000 mètres carrés prend la forme d'un anneau

Il est «entièrement recouvert des plus grands panneaux de verre courbes au monde» précise Apple. Alimenté intégralement par des énergies renouvelables, il ne nécessitera «ni chauffage ni ni climatisation neuf mois de l'année sur douze». Au centre de cet anneau se trouvera un immense espace vert pour que les employés puissent profiter de plus de trois kilomètres de sentiers de promenade et de course à pied.

On y trouvera même un verger, des prairies et un bassin.

Des champs verdoyants plantés de plus de 9 000 arbres natifs résistants à la sécheresse remplaceront l'asphalte et le béton.

Cet immeuble circulaire a été pensé pour favoriser la collaboration des employés d'Apple.

Il devrait englober des espaces de travail et des laboratoires de recherche et développement.

Ce " vaisseau spatial " comme l'appelait Jobs représentera la vitrine de choix pour faire venir futurs ingénieurs et employés vers la marque.

Mais ce campus révolutionnaire a été également conçu comme une attraction à part entière.

Il comprendra un espace d'accueil pour les visiteurs, et un Apple Store et un café.

Son amphithéâtre, d'une capacité de 1000 personnes, pourra accueillir des futures conférences et présentation de produits de la marque.

Il a été nommé «Steve Jobs Theater» .Perché au sommet d'une colline et offrant une vue sur les prairies et sur le bâtiment principal cet auditorium, projet phare de Steve Jobs devrait ouvrir avant la fin de l'année 2017.

Son entrée très design aura la forme d'un cylindre de verre d'une hauteur de plus de six mètres pour un diamètre de 50 mètres.

Elle sera coiffée d'un toit de fibre de carbone métallique.

Tim Cook rend un bel hommage à Steve Jobs. « La vision qu’avait Steve pour Apple s’étendait bien au-delà du temps qu’il a passé avec nous. Il voulait qu’Apple Park soit un foyer d’innovation pour les générations à venir »

 

Paul Emison pour Day News World
There are no translations available.

LE MESSAGE DU FONDATEUR DE FACEBOOK

MARK ZUCKERBERG

« CONSTRUIRE UNE COMMUNAUTE GLOBALE »

"Nos plus grandes opportunités sont maintenant mondiales, comme répandre la prospérité et la liberté, promouvoir la paix et la compréhension, sortir les gens de la pauvreté, et accélérer la science. Nos plus grands problèmes ont aussi besoin de réponses mondiales, comme mettre fin au terrorisme, lutter contre le changement climatique et prévenir les pandémies".

Dans un manifeste publié sur son profil personnel, , Mark Zuckerberg détaille ses nouvelles ambitions pour l’avenir de Facebook et les grands défis pour les dix années à venir. Il répond à la montée de critiques contre sa société, accusée de contribuer à la désinformation et à la violence en ligne. Il a également accordé des interviews à plusieurs médias comme Buzzfeed ou le New York Times, tandis que les équipes de presse Facebook ont préparé tous les outils nécessaires aux journalistes pour traiter le sujet.

Le chef d'entreprise reconnaît ses erreurs tout en présentant ses excuses. Il est conscient des différents défis auxquels le monde est actuellement confronté. Son discours met en valeur cinq actions prioritaires: les communautés d'entraide, la sécurité, l'information, l'engagement civique et l'inclusion culturelle. Le patron de Facebook Mark Zuckerberg donne donc pour mission au réseau social de "rassembler l'humanité." Il s'agit aussi d'un long manifeste anti-isolationnisme et pro-mondialisation.

C'est pourquoi le dirigeant pense que Facebook doit avoir une mission autre que celle de simple vecteur de lien social au sein de la société : « La meilleure chose que nous pouvons faire avec Facebook est de développer une infrastructure sociale afin de donner la possibilité aux gens de construire une communauté globale qui fonctionne pour nous tous. » La constitution de groupes constituerait les maillons de cette « communauté globale. » et actuellement selon lui plus de 100 millions d’utilisateurs de Facebook ont rejoint des groupes « très significatifs. » » qui permettent à ces derniers l’échange avec des pairs à un moment de leur vie. Pour Facebook il est important de favoriser davantage ces groupes.

L’engagement sur la sécurité quant à lui passe par IA pour Mark Zuckerberg évoquant les succès de Facebook avec sa fonctionnalité Safety Check. En effet cette fonctionnalité s' active lors de catastrophes et permet ainsi d'avertir rapidement ses amis que l’on est en sécurité.Il a pour ambition de pousser plus loin cette option Safety Check, pour permettre de demander ou de proposer de l’aide et d'étendre sa portée dans le temps comme par exemple dans des zones de conflit.

Mais Mark Zuckreberg espère aussi développer des intelligences artificielles capables d’analyser les milliards de posts publiés sur Facebook afin de détecter les contenus illégaux ou dangereux. Pour lui il s'agit de mettre les bouchées doubles pour que des IA puissent faire la différence entre les articles sur le terrorisme et ceux de la propagande terroriste.

Ainsi Zuckerberg entend également s'attaquer au phénomène de la désinformation présente sur sa plateforme Il insiste sur la porosité des frontières entre l’opinion, la satire et le mensonge et s'engage à diversifier les sources d’information proposées aux membres.

Et d’apporter d’autres points de vue - en y intégrant un travail de vérification des faits, sans pour autant pratiquer la censure. Pour ce faire Facebook a l'intention de proposer une plus grande diversité d'opinions au lieu de censurer certains contenus. En septembre, Facebook était accusé de censure pour avoir supprimé une célèbre photo de la guerre du Vietnam car elle montrait une fillette nue brûlée au napalm . Zuckerberg reconnaît ses erreurs : Facebook a pu - à tort - «supprimer des comptes et des contenus qui auraient dû rester en ligne et maintenir des contenus haineux qui auraient dû être effacés». Mark Zuckerberg annonce que pour que ces problèmes ne se reproduisent plus chaque utilisateur pourra adapter son profil selon sa sensibilité. Les paramètres de modération seront désormais personnablisables en fonction de son seuil de tolérance personnel ou de celui de zones géographiques. Concernant la nudité on trouvera dorénavant des différences d'appréciation entre les pays européens et les pays asiatiques ou du Moyen-Orient.

Le fondateur de Facebook reste également attaché à son idée de connecter l’ensemble de la planète pour que les populations puissent s’engager plus facilement dans leur société. Le chef d'entreprise américain met au cœur de son manifeste la mondialisation, cruciale pour le développement d'une entreprise qui compte presque 2 milliards d'utilisateurs dans le monde.«Quand nous avons commencé Facebook, l'idée de connecter le monde entier n'était pas controversée», a-t-il souligné au New York Times. «Le progrès exige que l'humanité se rassemble non pas autour de cité ou de nations, mais plutôt d'une communauté globale» rappelle l'Américain sans faire de référence explicite à l'actualité comme par exemple à l'arrivée de Donald Trump avec sa volonté de repli sur l'Amérique ou au Brexit.

Enfin pour Zuckerberg il est nécessaire de garder une communauté inclusive. Pour cela de nouveau outils seront développer pour la détection des contenus qui ne respecteraient pas sa charte d’utilisation. La technologie de l’intelligence artificielle pourrait faire partie des solutions pour une meilleure gestion des flux de contenus quotidiens de Facebook.

Pourquoi de telles déclarations ? Mark Zuckerberg aurait-il des ambitions présidentielles ? Le fondateur du réseau social s'en défend.. . tout en voulant en 2017 visiter chaque État américain d'ici à la fin de l'année.

Joanne Courbet pour Day News World

 

There are no translations available.

SCANDALE A REBONDISSEMENT: INCULAPATION DU PATRON DE SAMSUNG EN COREE DU SUD

Le scandale de cette vaste affaire de trafic d'influence a déjà entraîné la destitution de la présidente sud-coréenne Park Geun-hye. le 9 décembre dernier .

Il continue à faire tomber des têtes à Séoul. Et non des moindres. L'héritier du groupe Samsung, Lee Jae-yong, a été officiellement inculpé, mardi 28 février, pour corruption, détournements de fonds, dissimulation d'actifs à l'étranger et parjure dans le scandale du "Choigate".

Samsung vit décidément de sombres heures après l'échec récent du Galaxy Note 7aux batteries explosives...

Une première pour la Corée du Sud : jamais un dirigeant de conglomérat sud-coréen s 'est retrouvé derrière les barreaux. M. Lee est le vice-président de Samsung Electronics, le navire-amiral du groupe, le fils de son président et le petit-fils de son fondateur.

Il s'agit d'un vaste scandale à rebondissements qui secoue la Corée du Sud depuis quelques mois.

L'ombre omniprésente de Choi Soon-Sil plane sur cette sordide affaire de corruption. Une femme, Choi Soon-sil, fille du gourou de l'ancienne présidente et prétendue héritière de ses pouvoirs "chamaniques", aurait pris une très grande ascendance sur Park Geung-hye jusqu'à devenir sa plus proche confidente. Une fois Park Geung-hye devenue présidente en 2012, Choi Soon, sans poste officiel, la suit à la Maison Bleue. Or "Madame Choi aurait formé un groupe, 'les huit fées', réunissant huit femmes ayant un accès exclusif à la présidente", écrivait Le Monde à son sujet.

Choi Soon est donc soupçonnée d'avoir monnayé un accès privilégié à la présidence. Ainsi de grands groupes industriels auraient été dans l'obligation de verser près de 70 millions de dollars (66 millions d'euros) à des fondations contrôlées par la "Raspoutine sud-coréenne" de la présidente. Elle a été arrêtée le 21 septembre 2016.

Que reproche-t-on réellement au vice-président de Samsung ?

Il lui est reproché d'avoir réalisé des dons à divers organismes liés à Choi Soon-Sil, dont par exemple un "cheval et de l'argent" comme aide à la carrière équestre de la fille de cette dernière. En tout Samsung aurait versé une obole estimés à 40 millions de dollars (37 millions d'euros).

Bien entendu avec une contre-partie : Les fonds de Lee Jae-Yong auraient en réalité permis à ce dernier l'obtention de l'appui du gouvernement dans la restructuration de son entreprise. Ainsi la fusion controversée en 2015 de Samsung C&T et Cheil Industries avait pu avoir le feu vert du gouvernement. Fusion jugée "vitale" pour faciliter le processus de succession à la tête de l'entreprise alors que Lee Kun-hee, président du groupe, était dans le coma depuis un accident cardiaque en mai 2014.

Mis en examen avec quatre autres dirigeants dont trois de ces derniers ont démissionné ce mardi ,

Lee Jae-yong, patron de facto de Samsung après la crise cardiaque de son père en 2014, sera très probablement renvoyé devant un tribunal risquant d'être condamné à une très lourde peine de prison ferme. M. Lee dément cependant toutes les accusations portées contre lui.

Lobbying ou corruption ? Quoi qu'il en soit, l'arrestation de Lee Jae-yong crée un grand vide à la tête de Samsung.

D'autres conglomérats pourraient être visés par l'enquête : dans le viseur des enquêteurs d'autres groupes comme Hyundai Motor ou le géant de la distribution Lotte.

Joanne Courbet pour Day News World

 

There are no translations available.

SYSTRAM UN PETIT BIJOU DE TRADUCTION

LE TRANSCODER de «Star Le transTrek», permettant de converser oralement en n’importe quelle langue,serait une réalité dans moins de cinq ans. La société française SYSTRAM y croit dur comme fer.

La solution peut tout même déjà s’enorgueillir d'avoir une trentaine de langues différentes par écrit. Et elle donnerait une traduction des idiomes bien plus pertinente que celle de Google Traduction.

Comment Systran parvient-il à de telles prouesses ?

Pour se faire Systrmente François Mas­semin, vice-président du secteur EMEA de Systran.

C'est une solution qui est très demandée par les Etats et les multinationales pour se passer de traducteurs bien moins performant en vitesse de traduction.

L’armée, les services secrets et certains organismes s’appuie sur le «deep learning», les algorithmes de son système permettant d’apprendre à la manière d’un cerveau humain.

«Nous avons développé un moteur de traduction neuronal, à qui l’on apprend à comprendre les bases d’une langue pour en parfaire sa connaissance grâce à des textes traduits par des professionnels (des corpus)», coanismes européens, font appel à lui pour traduire de façon neutre et non-subjective des textes sensibles ou juridiques.


Même le grand public peut utiliser comme service Systran gratuitement sur son site. des traductions orales qui nous faciliteront la vie à l’étranger.

D'autres applications sont en cours comme la traduction orale et des recherches pour le secteur de la robotique. «La fameuse loi de Moore a explosé, souligne François Massemin. Il n'est donc pas impensable d'imaginer l'arrivée d'un traducteur universel voice to voice d'ici à cinq ans

Le transcoder de «Star Trek», permettant de converser oralement en n’importe quelle langue serait une réalité dans moins de cinq ans. La société française SYSTRAM y croit dur comme fer.

La solution peut tout même déjà s’enorgueillir d'avoir une trentaine de langues différentes par écrit. Et elle donne une traduction des idiomes bien plus pertinente que celle proposée par Google Traduction.

C'est une solution qui est très demandée par les Etats et les multinationales pour se passer de traducteurs bien moins performant en vitesse de traduction.

L’armée, les services secrets et certains orgam s’appuie sur le «deep learning», les algorithmes de son système permettant d’apprendre à la manière d’un cerveau humain.

«Nous avons développé un moteur de traduction neuronal, à qui l’on apprend à comprendre les bases d’une langue pour en parfaire sa connaissance grâce à des textes traduits par des professionnels (des corpus)», européens, font appel à lui pour traduire de façon neutre et non-subjective des textes sensibles ou juridiques.

Même le grand public peut utiliser comme service Systran gratuitement sur son site. des traductions orales qui nous faciliteront la vie à l’étranger.

D'autres applications sont en cours comme la traduction orale et des recherches pour le secteur de la robotique. «La fameuse loi de Moore a explosé, souligne François Massemin. Il n'est donc pas impensable d'imaginer l'arrivée d'un traducteur universel voice to voice d'ici à cinq ans.»

Le transcoder de «Star Trek», permettant de converser oralement en n’importe quelle langue,serait une réalité dans moins de cinq ans. La société française SYSTRAM y croit dur comme fer.

La solution peut tout même déjà s’enorgueillir d'avoir une trentaine de langues différentes par écrit. Et elle donne une traduction des idiomes bien plus pertinente que celle proposée par Google Traduction.

Comment Systram parvient-il à de telles prouesses ?

C'est une solution qui est très demandée par les Etats et les multinationales pour se passer de traducteurs bien moins performant en vitesse de traduction.

L’armée, les services secrets et certains orgam s’appuie sur le «deep learning», les algorithmes de son système permettant d’apprendre à la manière d’un cerveau humain.

«Nous avons développé un moteur de traduction neuronal, à qui l’on apprend à comprendre les bases d’une langue pour en parfaire sa connaissance grâce à des textes traduits par des professionnels (des corpus)», coanismes européens, font appel à lui pour traduire de façon neutre et non-subjective des textes sensibles ou juridiques.

Même le grand public peut utiliser comme service Systran gratuitement sur son site. des traductions orales qui nous faciliteront la vie à l’étranger.

D'autres applications sont en cours comme la traduction orale et des recherches pour le secteur de la robotique. «La fameuse loi de Moore a explosé, souligne François Massemin. Il n'est donc pas impensable d'imaginer l'arrivée d'un traducteur universel voice to voice d'ici à cinq ans.»

Paul Emison pour DayNewsWorld.

There are no translations available.

Framasoft : des logiciels libres pour contrer Google

Face à la toute-puissance de Google, Apple et autres Facebook,  une association dénommée Framasoft a  créé des services équivalents mais avec une volonté affichée et noble : des services qui se veulent décentralisés et respectueux de la vie privée des utilisateurs. Un pied de nez aux cinq géants mondiaux de l’Internet !

Six salariés et trente bénévoles dans vingt-huit villes de France pour cette association Framasoft qui entend changer la face du cyberespace.

Un challenge ambitieux ! Avec un mot d'ordre « Dégooglisons Internet. »

Grace à leur expertise informatique ils entendent contrer ce qu'ils appellent les « Gafam » : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft, tous américains !


Où cette équipe audacieuse a-t-elle pris ces quartiers ? Framasoft se trouve dans un immeuble associatif du centre de Lyon, dans un tout petit local. Son délégué général, Pierre-Yves Gosset, 40 ans, économiste de formation :

« Notre ambition n’est pas de remplacer les Gafam, mais de proposer des alternatives concrètes. Nous allons montrer que leur domination économique, technique et culturelle n’est pas une fatalité. D’autres choix sont possibles, nous ne sommes pas obligés de nous résigner à la normalisation du village global par les Américains. »

Espérons que ces services en ligne équivalents à ceux des Gafam, à ceci près qu’ils se trouvent localisés en Europe respectent la vie privée des utilisateurs auront un franc succès !

Paul Emison pour Day News World.

There are no translations available.

BLACK-OUT SUR LE SITE PIRATE ZONE-TELECHARGEMENT.

Black-out sur le portail pirate français Zone Téléchargement et DLP. Depuis la fermeture subite, lundi 28 novembre, du site de téléchargement illégal Zone Téléchargement et DLP par la Gendarmerie la toile s'affole.

A l’origine de cette fermeture, une plainte est déposée en novembre 2014 par des membres de l’Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (Alpa) et de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem). Puis une enquête des gendarmes du Centre de lutte contre les criminalités numériques conduit aux administrateurs des sites.

« La pratique du téléchargement illégal est tellement entrée dans les mœurs que les utilisateurs de Zone Téléchargement n'avaient plus vraiment conscience de l'illégalité de leur comportement. »

analyse un spécialiste du numérique.

De plus l'offre légale "ne correspond pas à notre économie de l'impatience" : un film 4 mois en salle, puis seulement après il passe en vidéo.

Zone Téléchargement était classé par la plateforme de statistiques Alexa à la onzième place des sites les plus consultés de France, devant Twitter et DLP 29ème.

Pourquoi une telle popularité ?

Le succès s'explique en partie par l'offre du catalogue du site de téléchargement illégal de films, de jeux vidéo ou d'albums de musique : sa catégorie "films" proposait par exemple plus de 40 000 fichiers différents.

L'exhaustivité et l'exigence technique comme la proposition de fichiers en HD-Light faisaient que ces deux sites se démarquaient des autres sites du genre. Ce choix considérable était financé par ses nombreuses publicités intrusives.

Les criminalités numériques sont-elles sévèrement punies ?

Selon la gendarmerie nationale, le préjudice causé par Zone Téléchargement est estimé à 75 millions d'euros pour les ayants-droits.

Les risques encourus peuvent être élevés. Pour preuve la condamnation En septembre, a été condamné à 5 millions d’euros de dommages et intérêts et à un an de prison dont huit mois ferme pour la diffusion illégale à grande échelle de films et musiques.l’administrateur du site pirate Omgtorrent (2008- 2015)

Et quatre clients du site, identifiés grâce à l'adresse IP de leur ordinateur, ont aussi été condamnés à un mois de prison avec sursis chacun.

Les deux sites concernés permettaient à « un clan familial » de bien vivre. Ce business rapportait 1,5 million d’euros par an, grâce aux pubs affichés sur les deux sites .

Ces administrateurs risquent jusqu’à trois ans de prison et 300.000 euros d’amende pour contrefaçon. Si les charges de contrefaçon en bande organisée sont retenues, ces peines peuvent monter à 7 ans de prison et 750.000 euros d’amende.

Joanne COURBET pour DAY NEWS WORLD.

There are no translations available.

POLAROID, INSTAX, IMPOSSIBLE PROJECT.

La photo instantanée?

Polaroid, Instax, Impossible Project...

La photo instantanée possède un pouvoir indéniable : elle rend les gens jeunes et beaux tout en mettant de bons gros hashtags #wokeuplikethis #blessed #effortless !

Un objet esthétique à part entière.

La photo instantanée a sa beauté propre ; c’est une manière inimitable de pratiquer la photo.

Quand on shoote en numérique ou avec son téléphone portable, on consomme de la photo jetable, pas forcément indispensable.

Quand on utilise un film de 8 ou 10 instantanés avec un certain coût, chaque photo est importante. Chaque vue représente un choix sur la pellicule.

En te mettant à la photo instantanée, tu montes ton niveau d’exigence vis-à-vis de toi-même…

Impossible Project, l’instantané artistique

Impossible Project a repris la fabrication des films Polaroid vers 2010,d'où une grosse longueur d’avance sur son concurrent Instax.

Laisse-toi surprendre par le charme de la photo argentique !

Le matos : si tu veux te fournir chez Impossible Project :

-Format : 7,9×7,9 cm pour l’image seule, 8,8×10,7 cm en comptant le cadre. C’est le format Polaroid classique.

-Appareils : le gros avantage des films Impossible Project, c’est qu’ils fonctionnent avec presque n’importe quel appareil Polaroid d’occasion que tu pourras acheter sur Ebay, Le Bon Coin.

-Impossible Project commercialise trois types de films : les 600, SX-70, et Spectra/Image. Si tu veux vérifier que l’appareil est compatible avec l’un de ces trois formats, tu peux regarder dans cette super base de données.

Impossible Project a la batterie qui fait fonctionner l’appareil. Ils sont assez coûteux : pour un film de base, on compte 20 € pour 8 photos.

La force de la marque : elle propose des variantes très arty : photos à cadres ronds ou colorés, pellicules aux chromies particulières, noir et blanc... Un seul bémol cependant : la chimie des films n’est pas toujours bien maîtrisée (partie des images du film abîmée, pas stable, voire complètement ratée .

Instax : l’instantané facile Instax se décline en deux gammes distinctes : Mini et Wide .

Si Impossible Project mise tout sur l’aspect artistique, Instax insiste au contraire sur la simplicité d’utilisation de ses produits .

Format : Instax Mini : 6,1×4,6 cm pour l’image seule. Instax Wide : 9×6,2cm pour l’image seule. Un format carré est actuellement à l’étude chez Fujifilm.

Ancien modèle de Polaroid

Vers des appareils plus sophistiqués

Quand on parle de photo instantanée, on imagine souvent des appareils pas trop prise de tête .

Si tu veux mettre à profit toutes tes connaissances techniques pour maîtriser parfaitement le rendu de tes images, voici quelques appareils a conseiller.

°Côté Impossible Project, la marque a sorti récemment son appareil I-1."

Compatible avec les films 600, il a néanmoins aussi sa propre gamme dédiée, la I-type, qui est légèrement moins chère (18 € pour 8 photos). En effet, comme le I-1 a sa propre batterie, pas besoin de l’intégrer dans la pellicule…

Fonctionne de pair avec une application smartphone, qui te permet de déclencher à distance et te donne accès aux contrôles manuels (ouverture et vitesse) de l’appareil. Permet aussi de tenter des trucs foufous, comme le light Painting ou la double-exposition (c’est-à-dire combiner deux photos sur la même image !).

Il est aussi équipé d’un ring-flash, ou flash annulaire, cercle lumineux qui entoure l’objectif. Ça permet de faire de jolis reflets dans les yeux, de limiter les ombres et aussi d’éclairer de petits objets.

Mais il coûte 349,99 €. Argh.

°Pour Instax, il faudra surtout se tourner du côté de Lomography . La marque commercialise les Lomo’Instant .

Si tu es plutôt « Mini », tu peux opter pour un simple Lomo’Instant, décliné en plein de couleurs et motifs pas dégueu . Compte environ une centaine d’euros pour l’acquérir.

Si tu préfères le format large, le Lomo’Instant WidE alors . Il coûte environ 200 €.

Quelques points forts de cette gamme instantanée :- la grande ouverture,

-le flash intégré débrayable

-les objectifs interchangeables

-le mode B (qui permet de garder l’obturateur ouvert aussi longtemps que tu le souhaites, par exemple pour faire du light painting)

-les filtres colorés

-la possibilité d’expositions multiples et le mode automatique qui gère efficacement la lumière à ta place (Wide et Automat uniquement).

°Enfin, dernière option un peu chic pour les adeptes de l’Instax, le Sofort, as encore.Le Sofort est le tout premier appareil photo instantané de chez Leica ( Leica,le constructeur absolument mythique, à l’origine de grands appareils) et il fonctionne avec des pellicules Instax mini.

Ses points forts : SES COULEURS FORMIDABLES avec ses orange etses menthe ses différents modes automatiques (auto, selfie, fête, action, pose longue, surimpression), son retardateur. Et peut-être les futurs films que Leica annonce préparer dans ses usines…

 

Le prix ? 279 €.

Ça y est, te voilà parée pour le monde impitoyable de la photo instantanée !!!

Et le SCOOP DE LA RENTREE :

Si tu Désires un super book tourne- toi plutôt vers le photographe des stars de Hollywood qui vient pour une tournée en Europe !

Paul Emison pour Day News World.