There are no translations available.

INTERDICTION DE VAPOTAGE

POUR LES JEUNES AMERICAINS

« On connaît les méthodes des grands du tabac. Ce n'est pas la première fois. Ils ciblent les enfants, les mettant en grave danger », a dénoncé Michael Bloomberg l'ancien maire be New-York dans une tribune.

Une crise sanitaire

La cigarette électronique tue : on ne compte pas moins de six décès de jeunes liés au vapotage aux Etats-Unis. En dehors du problème de l'accoutumance à la nicotine dangereuse pour des cerveaux encore en développement, 450 personnes sont tombées gravement malades après avoir vapoté, et six sont décédées de maladies pulmonaires aiguës.

Les malades toussent, s'essoufflent, n'arrivent plus à respirer. Beaucoup sont hospitalisés en soins intensifs et branchés sur des respirateurs artificiels. Des jeunes en bonne santé se sont retrouvés dans des comas artificiels.

Dans de nombreux cas, les liquides contenaient du THC, la substance psychoactive du cannabis, mais il est probable que ce soit l'un des nombreux additifs des liquides qui ait endommagé les poumons en étant vaporisé et inhalé. L'Etat de New York a cité une huile de vitamine E comme cause possible, mais cela n'est pas confirmé par la FDA.

Les adolescents grands consommateurs de cigarettes électroniques

A l'origine, les cigarettes électroniques étaient présentées comme un substitut, sans substance cancérigène, pour les fumeurs. Mais les études ont montré non seulement que l'usage d'autres produits du tabac n'avait pas baissé entre 2017 et 2018, mais aussi que la cigarette électronique était une porte d'entrée vers le tabac, les e-cigarettes aromatisées à la fraise ou à la mangue, les plus prisés par les jeunes, faisant oublier la présence de nicotine.

Face à cette crise sanitaire Washington prend désormais au sérieux les risques des cigarettes électroniques chez les jeunes. Le nombre de collégiens et lycéens utilisateurs de cigarettes électroniques est passé de 3,6 millions l'an dernier à 5 millions cette année, selon des chiffres révélés par le ministère américain de la Santé.

Alors qu'un lycéen sur cinq déclarait vapoter l'an dernier, les premiers chiffres de la nouvelle enquête « montrent que plus d'un quart des élèves de lycée étaient des utilisateurs de cigarettes électroniques en 2019 », précise le ministère

Une offensive réglementaire pour contrecarrer "cette épidémie"

Face à cette épidémie Donald Trump veut prendre le problème à bras- le- corps. « Cela crée plein de problèmes […] Nous allons peut-être devoir décider quelque chose de ferme », a annoncé Donald Trump depuis le Bureau ovale de la Maison Blanche, mercredi à l'issue d'une réunion avec son secrétaire à la Santé et avec le régulateur du secteur.

Le gouvernement de Donald Trump a donc annoncé mercredi que les cigarettes électroniques aromatisées seraient interdites à la vente dans les collèges et les lycées. Les autorités sanitaires ont annoncé l'interdiction à venir des liquides aromatisés, par exemple au menthol, à la mangue ou à la fraise, non parce que les arômes sont jugés nocifs en eux-mêmes, mais parce qu'ils attirent toute une génération de jeunes qui deviennent dépendants à la nicotine, effaçant des années de progrès contre la cigarette.

Tous les goûts autres que le goût tabac seront prochainement retirés du marché, a expliqué le secrétaire à la Santé, Alex Azar. Le texte paraîtra dans «plusieurs semaines» et entrera en vigueur 30 jours plus tard.

La FDA, jugée trop jusqu'ici trop laxiste par certains, vient d'envoyer un courrier au leader du secteur Juul, pointant une présentation fallacieuse de ses produits auprès d'élèves et de parents. La Federal Trade Commission vient aussi d'ouvrir une enquête sur les pratiques commerciales de Juul, pour vérifier dans quelles conditions la start-up californienne s'assure de l'âge des acheteurs de ses produits.

Certains Etats ont commencé à se saisir du sujet . San Francisco interdit la vente d'e-cigarettes dans la ville à compter de 2020 tandis que la gouverneure du Michigan a annoncé la semaine dernière l'interdiction des produits aromatisés.

Jenny Chase pour DayNewsWorld