ATTENTAT TERRORISTE A LONDRES REVENDIQUE

La ville de Londres une fois encore touchée par un acte terroriste. Plusieurs personnes ont été poignardées dans le quartier de Streatham , situé sur la rive sud de la Tamise, à Londres, dimanche 2 février 2020, a annoncé la police sur Twitter.

Les autorités ont évoqué un acte « lié au terrorisme ».

Le suspect a été abattu. « L'incident a été rapidement déclaré comme un acte terroriste et nous pensons qu'il est lié à l'islamisme », ont ajouté dans un communiqué les autorités.

Deux personnes ont été poignardées et « trois personnes ont été blessés », a annoncé la police, en précisant qu'un homme était en urgence vitale. Les deux autres victimes, des femmes, sont hors de danger.

La police a annoncé avoir abattu l'homme qui avait poignardé plusieurs personnes.« Nous pouvons confirmer que l’homme sur lequel la police a tiré a été déclaré mort », a déclaré la police.

Le Premier ministre Boris Johnson a remercié les services de secours, ajoutant que ses pensées allaient aux « blessés et à tous ceux qui ont été affectés ».

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué ce lundi une attaque au couteau menée la veille à Londres ayant fait des blessés, selon Amaq, l’organe de propagande des djihadistes. L’assaillant dans le quartier de Streatham dans le sud de Londres hier (dimanche) fait partie des combattants de l’Etat islamique », a indiqué Amaq dans un communiqué. « Il a mené l’attaque en réponse aux appels à cibler les ressortissants des pays de la coalition » internationale antidjihadistes, souligne le communiqué partagé sur les chaînes Telegram du groupe djihadiste.

La capitale britannique a été plusieurs fois endeuillée par des attaques terroristes au couteau ces dernières années. La dernière avant celle de Streatham a eu lieu fin novembre sur le London Bridge et avait fait deux victimes. L’auteur de l’attaque revendiquée par Daesh était un ancien détenu pour des faits de terrorisme libéré à mi-peine.

Depuis, le gouvernement de Boris Johnson a annoncé des mesures aggravant les peines pour les auteurs d’actes terroristes et interdisant leur libération anticipée.

Dans le projet, qui doit être étudié au Parlement, il est prévu que ceux qui sont condamnés pour des actes considérés comme terroristes soient emprisonnés pour au moins 14 ans.

Boby Dean pour DayNewsWorld