WORLD AUTOMOBILE

THE ELECTRIC CAR "A COLLECTIVE SUICIDE"?

The Mondial de l'Auto which opens this Monday, October 17, 2022 in Paris, is a small show, which will last less than a week and which will not even welcome all the French brands, since Citroën is absent. Tuesday, the general public finds in any case the auto show after the cut of 2020 linked to the Covid.

But with big changes: half of the manufacturers present, or almost, are now Chinese. This year, no BMW, Opel or Mercedes, supplanted by BYD, Ora or Seres. A sign of the times, Chinese manufacturers are surfing on electrics and showcasing European brands. Premium and electric, they highlight safety in an attempt to attract French customers.

For these brands from China, exhibiting at the Porte de Versailles is the first stage of a vast European offensive, launched after many years of preparation by Beijing.

In fact, French industry is in transition and in crisis, demand is falling, production in France has continued to decline and manufacturers no longer need major events to win over customers who can be won over through smartphones.

Whether it's its accessibility or its manufacture, the EV is not the miracle solution. By setting itself the objective of banning the sale of combustion engine vehicles from 2035, the European Union has put pressure on an entire sector, which must now deal with an injunction which may make sense from an environmental point of view, but whose milestones remain unclear. But going electric raises more questions than it answers.

Accessibility, first.

Manufacturers estimate that it will take between five and seven years to reduce the price difference between a thermal vehicle and its electric equivalent. In the meantime, the number of potential buyers threatens to collapse.

Emmanuel Macron announces future aid so that the most modest households can buy an electric car. The president has just announced an increase in the purchase premium, which for the most modest households will increase from 6,000 to 7,000 euros.

In addition, the idea of ​​setting up a subsidized rental system with an option to purchase at 100 euros is proving more complicated than expected. It is also difficult to know which models will be eligible for future leasing:

the Dacia Spring, the most accessible new electric car in France at the moment, is also assembled in China.

Despite these aids, the EV will remain out of reach for many French people. And if more than a million are already driving on our roads, EVs represent barely 2% of the total fleet.

In addition, the goal will be difficult to achieve because our Chinese competitors in particular already have a head start. Eight out of ten electric cars sold in France are imported. This is why Bruno Le Maire insists on the need for public aid targeting vehicles produced in Europe, including batteries, like what is in place in China or the United States. "We don't want to finance foreign builders," says Bruno Le Maire.

Carlos Tavares, the boss of Stellantis also regrets the lack of European protectionism against Chinese electric cars. Emmanuel Macron to ask that Europe, like the United States, put in place aid that plays the card of preference for made in Europe. A form of limited and intelligent protectionism.

What about technology ?

Only one in four French people believe in the advent of all-electric in 2035. The rate of installation of charging stations is not likely to reassure them. Of the 100,000 promised by the public authorities, barely three quarters have been installed, many of which are out of order due to lack of maintenance.

Without an acceleration of investments in this area and an improvement in the autonomy of vehicles, the use of the EV will have difficulty in becoming widespread. Obviously the Head of State also announces that he will facilitate the deployment of electric terminals and to prevent the price of recharging from exploding, he proposes that they be, like households, protected by the tariff shield

What about the industrial consequences of the transition ?

Half of the value chain is still located in Asia. In addition, Europe must import the main components needed to manufacture batteries, the prices of which are exploding.

If the French manufacturers try to accelerate to locate the assembly in their factories, nothing says that they will win the race against the clock engaged with Chinese competitors, who are ready to sweep on the Old Continent with cars which cost 20% to 30% cheaper.

While Stellantis has just announced that six new electric vehicles in France, Bruno Le Maire calls on French manufacturers to continue to relocate to France. With the efforts in terms of industrial competitiveness, a small vehicle like the Peugeot 208 "must again be produced in France", presents the minister. The government is counting on 2 million electric cars produced in France "in the coming years" (about 11 times more than currently), recalls Bruno Le Maire.

During a round table on the theme "Sustainable mobility, mobility of the future", Bruno Le Maire also argues "that we must continue to fight for a carbon-free electric battery"

For the minister, the production of "carbon-free" batteries in France is an essential step in the electrical transition. With both a commercial interest, to no longer be dependent on Chinese batteries, and of course environmental, so that the electric car is really a tool in the fight against global warming...

The planet in turbulence

“If you liked 2020, 2021 and 2022, you will love the next 10 years: there will be a lot more turbulence and crises!”, says Christophe Périllat. For the boss of Valeo, the electric transition will notably contribute to the galloping inflation of the coming years.

"Turbulences" which are linked to the transformation to be carried out...

Enough jokes.

Beyond the blissful optimism displayed by Emmanuel Macron at the Paris Motor Show, let's dive into the book Electric Car: They've Gone Crazy!, by François-Xavier Pietri, former editor-in-chief of La Tribune, denouncing a " dictatorship" against the EU-led combustion car.

"He chose Victor Hugo to illustrate his state of mind: "When the dictatorship is a fact, the revolution becomes a right."

What "dictatorship" does he denounce ? The decision taken by the European Union to stop the sale of new combustion vehicles from 2035 generalizing battery-powered cars.

For the author, this decision, which he describes as a "diktat", is a collective suicide.




Tom Morgan for DayNewsWorld

WHY ARE ELECTRICITY PRICES SOAR ?

Taxes and transport costs, as well as the financing of the energy transition, explain in particular why liberalization has not, as expected, led to a drop in prices.

Between 2007, a symbolic date in France since it marks the eligibility of all consumers for market tariffs, and 2020, the average price per megawatt-hour (MWh) of electricity for households rose from 124 euros at 181 euros, or 57 euros per MWh of increase. At first glance, the finding is therefore clear: with nearly a 50% increase since 2007, the opening up to competition does not seem to have fulfilled its objective of lowering prices for consumers.

The two finalists of the last presidential election, Emmanuel Macron and Marine Le Pen, moreover openly debated it during the intervening rounds and, if the proposed remedies differed, both agreed on the fact that the market energy system was inefficient and would, in its current form, contribute to price increases. This is also the conclusion of the central social and economic committee of Electricité de France (EDF), which has just launched a petition for the exit from the European electricity market and the return to a public energy service. For his part, the leader of the left, Jean-Luc Mélenchon, who aims to become Prime Minister after the legislative elections, calls for a return to a national energy market.

But is this surge in prices really linked to the liberalization of the sector, which was precisely supposed to stimulate competition and therefore innovation, particularly in the deployment of renewable energies (EnR), and lower prices? In reality, the observation appears more nuanced.

First of all, part of this increase is explained by taxes (particularly the CSPE) which weighed 25% on the consumer's bill in 2007 (i.e. 31 euros/MWh), and 34% in 2020 (i.e. 61 .5 euros/MWh). In other words, the increase in taxes alone explains 31.5 euros/MWh out of the 57 euros/MWh increase in average prices observed (ie 55.3% of the total).

Prices would soar if France isolated itself

Another part of the increase is based on the costs inherent in the transport networks, which had to be reassessed on several occasions to take into account the necessary investments in the maintenance, but also the modernization of these essential infrastructures. This modernization seems all the more necessary as electricity production becomes decentralized (particularly with the deployment of renewable energies), and as new uses develop. These electricity transmission tariffs (Turpe) thus rose from 41 euros/MWh in 2007 to 53.5 euros/MWh in 2020, or 21.9% of the total increase observed.

A quick calculation therefore allows us to deduce that supply costs, or in other words, market factors, explain on average only 22.8% (100%-55.3%-21.9%) of the price increase observed over the period, i.e. approximately 13 euros/MWh. For opponents of the European energy market, this residual 22.8% would therefore sound like an acknowledgment of failure and would justify a return to national markets.

However, according to projections by RTE (manager of the national high-voltage electricity transmission network), an isolated France by 2050-2060 would cost taxpayers several billion more per year. Indeed, to reduce our CO2 emissions and our dependence on fossil fuels, we have already closed and planned the closure of the equivalent of nearly 10 gigawatts (GW) of thermal power plants. In addition, our aging nuclear power plants are experiencing prolonged shutdown and monitoring periods that prevent their full operation.

All this makes France an importer of electricity, in particular to cover its consumption peaks. In 2021, RTE reminds us that France will have imported 44 terawatt-hours (TWH, one million MWh) of electricity (including 22.2 TWh from Germany and Benelux). This figure was “only” 27.5 TWh in 2007!

This can only mean two things: France is finding it increasingly difficult to cover its domestic energy needs and/or it is sometimes profitable for it to import energy, especially when market prices are low.

The EDF paradox

In the midst of this market dynamic, EDF is the object of a curious paradox. It should be understood that the main player in the electricity production market in France remains bound to cede to its competitors a ceiling of 100 TWh/year of nuclear energy at an "Arenh" tariff (regulated access to historical nuclear energy ) fixed since 2012 at 42 euros/MWh.

This provision, which commits about a quarter of EDF's nuclear production capacity, has enabled the establishment of competition on the supply market, electricity of nuclear origin being highly competitive, in particular to cover “basic” needs. It is also very much in demand at present due to soaring market prices.

The Arenh, which has not been revised since 2012, is supposed to cover EDF's nuclear electricity production costs.

However, this is no longer the case if we are to believe the Energy Regulatory Commission (CRE) and the incumbent operator, who respectively estimate these production costs at 48.36 euros/MWh and 53 euros/ MWh.

In other words, EDF sells part of its nuclear production at a loss... which, from the point of view of the French taxpayer who participated in the constitution of the EDF fleet and is one of its shareholders, is akin to a double penalty since, at the same time, it is also being hit by rising prices.

However, it should not be overlooked that EDF is both a leader in the supply of electricity, but also a very important exporter. And if it loses money on the 100 TWh conceded at the Arenh tariff, it gains some on the rest of its production, all the more so when market prices soar! Moreover, its cost price remains very competitive, due in particular to its nuclear and hydropower revenues.

On the balance sheet, despite the paradox of the Arenh, this situation allows it to generate significant gains that benefit the state shareholder… and, in one way or another, the taxpayer. Are measures of the “energy shield” type, for example, not indirectly deducted from EDF's profits?

The heavy financing of renewables

Finally, it should be borne in mind that the opening up to competition met other objectives than simply lowering prices. It was also a question of reacting to a series of problems identified in the mid-1990s. At that time, the European Union had already anticipated a sharp increase in global demand for energy, and the subsequent tensions over access to fossil resources on which Europe remains highly dependent. European energy sovereignty cannot, in this context, do without a real unified energy policy that allows both to influence the markets, but also to plan the gradual exit from fossil fuels. The method of financing renewable energies (EnR) and their costs associated with their integration into the network thus partly explains the price increases.

Indeed, private financing is carried out at a market rate generally between 4% and 7% when the State could benefit from much more advantageous financing conditions. In other words, the energy transition is more expensive – all other things being equal – when it involves private rather than public investment. Certainly, but that would be to forget a little too quickly that the European States, already burdened with very significant sovereign debt for some, have multiple budgetary arbitrations to carry out (subject to the constraints of complying, in normal times, with the Stability and Growth Pact) . However, they already directly and indirectly subsidize renewables a lot, through purchase obligations at a regulated price or additional remuneration for the exclusive benefit of renewables producers.

Renewables also have the disadvantage of being intermittent, but above all decentralized and generated by multiple heterogeneous producers. This dispersion makes the network more difficult to control and balance and requires massive investments to adapt the lines to this new situation. For example, the Electricity Transmission Network (RTE), which transports electricity in France, plans some 33 billion euros in investments by 2035 (including 13 billion for the absorption of renewable energies alone), and an exponential increase beyond that depending on the share of renewables in the French energy mix.

In return, these investments pave the way for more intelligent management of energy, and the development of the uses that go hand in hand, whether it is the massive electrification of vehicle fleets, "smart" electrical networks (smart grids) allowing production/injection of energy that can be adjusted in real time, remote control of demand… In short, an optimization that will ultimately lead to better energy efficiency. And to continue to reduce, by increasing the density of our renewable energy park, our CO2 emissions. The evolution of tariffs in the future will therefore partly reflect our political choices concerning the environment.

We understand from reading this brief overview that, of course, we remain far from the promises of moderating price competition, but that all the price increases do not result from the imperfections of the liberalized market, and that the many benefits linked to the construction of the European energy market cannot be totally overlooked .

However, the leeway to protect consumers' wallets and ensure the energy transition remains limited.

Unless we bet on energy sobriety, see the emergence of radical innovations in energy generation, or hope for more favorable macro conditions, the rise in prices does not seem to be able to be stemmed in the short term. And this, even if it was decided to cap the marketing expenditure of suppliers, EDF and its rivals that have appeared since 2007...

Julien Pillot , Teacher-Researcher in Economics (Inseec) / Associate Professor (U. Paris Saclay) / Associate Researcher (CNRS), INSEEC Grande École

This article is republished from The Conversation under a Creative Commons license



Simon Freeman for DayNewsWorld

STOP AGING REJUVENATION

HUMAN CELLS

Is science promising us eternal youth ?

Not quite, let's face it, but the discovery of researchers from the University of Exeter (UK) can only give us hope to better deal with age-related pathologies.

Thanks to hydrogen sulphide, British researchers have managed to stop the process of cellular aging ...

Scientists have indeed shown the benefits of hydrogen sulphide (H2S) in the laboratory.

This gaseous molecule would have a beneficial effect on cells, whose functioning is altered with age, according to scientists in the study published last July in the journal Aging.

Hydrogen sulfide is a gaseous molecule naturally present in the body, which has a protective role against aging and senescence of cells. He is known to smell rotten eggs.

Hydrogen sulfide to invigorate the cells.

Hydrogen sulfide helps the body fight against aging and senescence of cells:

these become unable with age to divide and thus function properly. They release around them pro-inflammatory cytokines, which induces the senescence of their neighbors.

However, with age, the level of H2S in the blood decreases.

By slowing down the accumulation of senescent cells, specialists hope in the long term to fight against cell-specific diseases. And especially in heart and vascular tissues ..

For the reintroduction and the restoration of a good cellular genetic control, it is therefore necessary to use hydrogen sulphide in a limited dose and even within the mitochondria, the genetic factories of the cells. This is what British researchers have been able to do.

Genetics could slow aging, even reverse aging !




Larry Ricky for DayNewsWorld
There are no translations available.

POURQUOI DEVELOPPER DES SMR

 CES MINI-CENTRALES NUCLEAIRES EN FRANCE ?

La visite d'Emmanuel Macron à Belfort ce jeudi 10 février 2022 a permis de dévoiler un vaste plan de relance nucléaire qui acte un changement de cap à 180° de la politique initiée par le gouvernement précédent et longtemps poursuivie par l’actuel. Le chef de l'Etat a fait part de sa volonté de relancer l'énergie nucléaire en France, via la construction de nouveaux EPR et le lancement futur d'un prototype d'un SMR,, « small modular reactor » en anglais, petits réacteurs modulaires.

Aujourd’hui, il n’est plus question de respecter la loi de 2015 et de diminuer la part du nucléaire dans la production d’électricité, mais de l’augmenter. Plus question non plus de limiter la durée de vie des réacteurs à 50 ans, comme c’était encore le cas en juin 2020, quand le même Emmanuel Macron fermait Fessenheim.

Un moment propice pour le retour en grâce du nucléaire

Le nucléaire, qui compte aujourd'hui pour 70% de la production électrique française, s'annonce en effet comme un enjeu de la campagne présidentielle. Sur fond d'augmentation des prix de l'énergie, les candidats à l'élection ont fait de cette question un marqueur politique, qui divise la gauche et dont la droite s'empare. Le nucléaire permet non seulement de limiter la flambée des prix de l'énergie en France par rapport à ce que connaissent nos voisins, comme l'a rappelé le Premier ministre Jean Castex jeudi 30 septembre en présentant son « bouclier tarifaire » . Mais c'est également une énergie décarbonnée: «La France a une chance, quand on parle d'émissions de gaz à effet de serre, c'est le nucléaire», a déclaré Emmanuel Macron en marge d'un déplacement en Polynésie française fin juillet.

Le président a décidé « J’ai décidé », que tous les réacteurs qui pouvaient être prolongés devaient l’être. Avec cet objectif de construire en un peu moins de 30 ans six nouveaux réacteurs et d’en lancer huit autres, le chef de l’État sait qu’il va rallier tous les pragmatiques et notamment ceux de droite.

Et les mini-centrales nucléaires, les SMR pourraient devenir une solution.

Les SMR, de l’anglais « Small Modular Reactors »,  ​sont des petits réacteurs modulaires de nouvelle génération. Dans un premier temps, ils pourraient venir en complément des réacteurs à forte puissance dans les centrales classiques.

C'est pourquoi le président de la République devrait prochainement réaffirmer son soutien au développement en France de la technologie des petits réacteurs modulaires, ou small modular reactors (SMR) et les faire figurer dans la rallonge de 30 milliards d'euros au plan de relance. Emmanuel Macron avait déjà défendu l’option des SMR fin 2020 lors d’un déplacement à l’usine du Creusot (Saône-et-Loire) de Framatome et avait alors annoncé un financement de 50 millions d’euros du plan France Relance pour le projet Nuward piloté par EDF, visant à concevoir le SMR « le plus compact du marché », « doté de deux petits réacteurs modulaires ». Il avait poussé EDF à se trouver d’autres alliés. « Il nous faut rapidement rattraper le retard et considérer toutes les options de partenariats envisageables »​, avait insisté le Président de la République.

De nombreux avantages

Les SMR présentent de nombreux avantages par rapport à leur grands frères. Ils peuvent en effet être produits en usine et installés avec un minimum de génie civil et à coût réduit. Il ne faut que « quatre à cinq ans pour les construire »​, estime Xavier Ursat, le directeur du nouveau nucléaire chez EDF contre près de dix ans pour leurs grands frères.

Plus petits, les SMR ont certes une puissance moins importante, mais ils sont aussi moins gourmands en eau pour se refroidir. Ils disposent en outre de mécanismes de sûreté passifs, qui leur permettent de réaliser un refroidissement sans intervention humaine.

Alors que les centrales nucléaires se font vieillissantes et que les EPR sont longs et chers à construire, les SMR sont  perçus comme un bon moyen de décarboner l’électricité dans la transition énergétique. Une position défendue en avril 2021 devant les sénateurs par le président de l’Autorité de sûreté nucléaire. « Les SMR présentent, sur le papier, potentiellement des avancées très significatives en termes de sûreté. Dans un SMR, « le risque de fusion du cœur est exclu, et donc il n’y a pas de risques de rejet de produit radioactif à l’extérieur. ».

Cette technologie vise « à la simplification et la standardisation, pour faciliter la fabrication et offrir ainsi une solution supplémentaire dans la lutte contre le changement climatique, donnant de surcroît la possibilité de limiter les investissements associés à la modernisation des réseaux électriques existants et remplacer progressivement des centrales à énergie fossile, décrit la Société Française d’énergie Nucléaire (SFEN)​.

Le retard de la France

Mais sur cette technologie, qui concentre les espoirs des industriels, la concurrence internationale fait rage à travers le monde et la France accuse un certain retard...

De nombreux projets d'implantation de SMR sont en effet en gestation notamment en Russie, en Chine, aux États-Unis ou au Japon. Ainsi, la Chine a débuté en juillet dernier la construction de son premier SMR, Linglong One. Situé sur l'île de Hainan, ce réacteur de 125 mégawatts (MW) pourra alimenter 526.000 foyers en électricité. Parallèlement, en août dernier, le groupe russe du nucléaire Rosatom a obtenu les autorisations nécessaires pour implanter en Sibérie un SMR d'une puissance de 50 MW. Sa construction devrait débuter en 2024 et permettre d'exploiter des mines très reculées.

En Grande-Bretagne le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a dés 2020 débloqué une enveloppe de 525 millions de livres pour développer plusieurs SMR, dont le projet de Rolls-Royce. Et il faudra attendre 2035-2040 pour que le SMR tricolore d'EDF soit mis sur le marché.

EDF et ses partenaires TechnicAtome, Naval Group, ainsi que le CEA espèrent pouvoir présenter un premier dossier d'option de sûreté à l'Autorité de sûreté nucléaire d'ici 2022...

La crise énergétique et son impact sur le pouvoir d’achat, les enjeux de souveraineté et de réindustrialisation mais aussi la volonté de décarboner l’économie ont changé la donne. Pour 30 ans au moins.




Jaimie Potts pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LE 100% ELECTRIQUE CREE

UN RISQUE SOCIAL VIOLENT SELON

LE PATRON DE STELLANTIS C. TAVARES

Alors que la Commission européenne a signé l'interdiction de vendre des voitures à essence et diesel à partir de 2035, le directeur général de Stellantis estime que la transition vers le tout électrique « crée un risque social ».

« Ne pas regarder l'ensemble du cycle de vie des voitures électriques est évidemment très restrictif », déclare le dirigeant Carlos Tavares aux quotidiens français Les Echos, allemand Handelsblatt, italien Corriere della Sera et espagnol El Mundo , publiés le mardi 18 janvier. .

« Avec le mix énergétique européen, un véhicule électrique doit rouler 70 000 km pour compenser la mauvaise empreinte carbone de fabrication de la batterie et commencer à creuser l'écart avec un véhicule hybride léger », assure-t-il.

C’est peu commun d’entendre ce type d’alerte dans la bouche d’un grand dirigeant d’entreprise.

Carlos Tavares en faveur des véhicules hybrides

« Nous savons aussi qu'un véhicule hybride léger coûte moitié moins qu'un véhicule électrique », observe Carlos Tavares dont le groupe Stellantis va s'approvisionner en lithium allemand. « Il ne faut pas perdre de vue non plus que nous risquons (...) de perdre les classes moyennes qui ne pourront plus acheter de voiture et qu'il y aura des conséquences sociales », a-t-il souligné.

Et le directeur général de Stellantis de poursuivre avec une certaine ironie, plaidant une nouvelle fois pour le maintien des véhicules hybrides : « il est donc trop tôt pour dire si l'approche européenne est raisonnable ».

« Au total, vaut-il mieux accepter de faire rouler des voitures hybrides thermiques très performantes pour qu'elles restent abordables et apportent un bénéfice carbone immédiat, ou faut-il des véhicules 100 % électriques que les classes moyennes ne pourront pas se payer, tout en demandant aux États de continuer à creuser le déficit budgétaire pour les subventionner ? C'est un débat de société que je rêverais d'avoir, mais pour l'instant je ne le vois pas. »

Le patron du groupe qui possède les marques Peugeot, Citroën, Fiat, Jeep ou encore Opel, pointe l’objectif de la Commission européenne :

2035, la fin de la vente de véhicules thermiques.

« Nous respectons évidemment les lois », dit-il, « mais ce qui est clair est que l’électrification est la technologie choisie par les politiques, pas par l’industrie », résume-t-il.

« Les conséquences sociales seront majeures »

Pour les constructeurs, il s'agit « de limiter au maximum les 50% de surcoût de l'électrique, en cinq ans », avec des gains de productivité importants.

« Nous verrons dans quelques années les constructeurs qui auront survécu et les autres », prédit le patron de Stellantis.

« Sans transition progressive, les conséquences sociales seront majeures », craint-il. 

« Nous avons tout un écosystème de sous-traitants autour de nous. Il va falloir qu'ils bougent aussi rapidement que nous. »

« C'est la brutalité du changement qui crée le risque social», souligne Carlos Tavares.

La voiture électrique pourrait entraîner la perte nette de 275.000 emplois en Europe

Pour Carlos Tavares, « il y avait des méthodes moins chères et plus rapides pour réduire les émissions que celle-là ». Une voiture électrique doit « rouler 70 000 km pour compenser la mauvaise empreinte carbone de fabrication de la batterie et commencer à creuser l’écart avec un véhicule hybride léger », qui lui, coûte moitié moins.

Et puis encore faut-il que l’électricité dont on recharge la voiture électrique viennent d’une source propre, et non pas de centrales à charbon ou à gaz. Carlos Tavares pointe aussi le côté beaucoup trop rapide de la transition, pour l’industrie, pour tous ses sous-traitants.

 En résumé, il pose la question :

« faut-il des véhicules 100% électriques que les classes moyennes ne pourront pas se payer, tout en demandant aux Etats de continuer à creuser le déficit budgétaire pour les subventionner ?

 C’est un débat de société que je rêverais d’avoir, mais pour l’instant je ne le vois pas ».

Plus durable coûte généralement plus cher à produire

Cette interview arrive dans un contexte où les ventes de voitures en Europe, contrairement à ce qu’on voit en Asie et aux Etats-Unis, ne redémarrent pas. De 13 millions de voitures vendues en 2019, on est passé à 9,9 millions en 2020, et cela a encore baissé en 2021, 9,7 millions.

Au-delà de la crise des semi-conducteurs, les analystes estiment que l’arrêt des ventes de voitures thermiques en Europe et donc la nécessité de passer à l’électrique, une technologie plus chère, c’est cela qui pèse déjà sur les ventes, à 13 ans de l’échéance de 2035.

Ce qui est vrai pour la voiture l’est aussi plus largement pour la transition écologique.

C’est le cas dans la production d’énergie : Thierry Breton parle de 50 milliards d’euros pour moderniser les centrales nucléaires actuelles, plus 500 milliards d’euros d’ici 2050 pour construire les nouvelles centrales nucléaires en Europe.

Idem dans le logement, la rénovation coûte cher, et l’amortissement se fait sur une période longue.




Emily Jackson pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LA LANCEUSE D'ALERTE FRANCES HAUGEN

DENONCE LES DERIVES DE FACEBOOK

DEVANT LE SENAT AMERICAIN

Facebook est en fort mauvaise posture. Après avoir été confronté à une panne massive qui a fait chuter le titre à la Bourse de New York, le réseau social voit son image considérablement écornée par les révélations de Frances Haugen devenue lanceuse d'alerte. Ancienne chef de produit durant deux ans chez Facebook, elle a en effet démissionné au mois de mai avant d'endosser le rôle de lanceuse d'alerte pour contraindre Facebook à changer ses pratiques.

Elle a été invitée à témoigner mardi 5 octobre 2021 devant un sous-comité du Sénat américain où elle a évoqué les conclusions négatives d'enquêtes internes à Facebook.« Banqueroute morale », « spirale », l'ingénieure informatique de 37 ans a décrit, avec calme et précision, la situation d'une entreprise qui a renoncé, selon elle, à quelques principes moraux au nom du profit.

Cette interlocutrice, sous couvert d'anonymat tout d'abord, avait déjà transmis à la Security and Exchange Commission (SEC), l'équivalent américain de l'Autorité des marchés financiers, des dizaines de documents internes sur le fonctionnement de Facebook. Ces éléments transmis par la lanceuse d'alerte aux autorités ont aussi émergé dans les médias, sous le nom de Facebook Files. Et dès mi-septembre, le Wall Street Journal avait publié une série d'enquêtes basée sur les documents internes transmis par cette personne dont les conclusions étaient accablantes pour le réseau social.

La nocivité de Facebook pour  les jeunes

Inquiet de perdre en popularité auprès des jeunes, Facebook a mis au point une stratégie pour gagner en audience auprès d'eux. Celle-ci doit notamment passer par le développement d'une version d'Instagram destinée aux moins de 13 ans . Pourtant, selon les documents publiés par le « Wall Street Journal », Facebook a constaté à plusieurs reprises qu'Instagram avait des effets néfastes sur les adolescents, et plus précisément sur les adolescentes.

Les études internes ont notamment montré que 32% des adolescentes estimaient que l'utilisation d'Instagram leur avait donné une image plus négative de leur corps et des complexes lorsqu'elles n'en étaient déjà pas satisfaites Une diapo d'Instagram diffusée lors d'une réunion en interne en 2019 affichait ainsi : « Nous empirons le rapport à son corps d'une ado sur trois ». « Les ados accusent Instagram d'augmenter les niveaux d'anxiété et de dépression », précisait une autre. Conscient donc du problème, Facebook a minimisé, selon l'ex-employée, son influence sur la psychologie des dizaines de millions de jeunes qui se connectent chaque jour. Une révélation qui a mis un sérieux coup d'arrêt au développement d'une version pour enfants d'Instagram, dont Facebook a annoncé l'arrêt du développement il y a quelques jours seulement. Pour l'heure, les enfants de moins de 13 ans n'ont pas le droit de s'inscrire sur Instagram. Parmi les dérives du groupe Frances Haugen a également dénoncé les méthodes qui poussent les adolescents à utiliser Instagram à haute dose, au point de sombrer parfois dans l'addiction.

L'algorithme de Facebook mis en accusation

Le changement d'algorithme survenu en 2018 aurait également eu les effets inverses de l'objectif initial, qui était d'améliorer le bien-être des utilisateurs en misant sur les liens interpersonnels plutôt que sur la mise en avant de contenus. Selon des recherches menées en interne, ce changement a incité certains comptes - dont des partis politiques - à miser sur du contenu sensationnaliste pour susciter l'indignation et pousser les internautes à y réagir.

Pire : dans une note interne, les chercheurs relèvent que ces publications ont gagné en puissance à la faveur du nouvel algorithme. « La désinformation, la toxicité et le contenu violent sont excessivement représentés dans les publications partagées », soulignent-ils.

Pour illustrer le phénomène, le « Wall Street Journal » s'appuie sur l'exemple de la campagne en faveur de la vaccination qu'a voulu lancer Mark Zuckerberg sur le réseau social. Dans cette entreprise, le fondateur de Facebook lui-même s'est heurté à une avalanche de publications opposées à la vaccination. L'algorithme de Facebook aurait ainsi permis à des rhétoriques complotistes de se propager sur le réseau.

Un système de modération à géométrie variable

Autre dérive dénoncée et qu'on apprend par les Facebook Files: Facebook dispose d'un système de modération différent pour les personnalités publiques les plus influentes : quelques 5,8 millions de comptes certifiés bénéficient en effet d'une modération assurée exclusivement manuellement, et pas par les robots qui filtrent les publications. Il s'agit du programme de Facebook baptisé « Crosscheck » ou « XCheck » qui n'applique pas les mêmes contrôles aux messages postés sur les comptes Facebook et Instagram de ces « VIP » que sur les comptes des internautes lambda. Certains ont ainsi été exemptés des règles tandis que d'autres ont pu poster des messages enfreignant théoriquement les instructions en attendant qu'un employé de Facebook les examine. D'après le Wall Street Journal, Facebook a par exemple permis en 2019 à Neymar de montrer à ses millions d'abonnés des photos dénudées d'une femme qui l'accusait de viol, avant de les supprimer. Une pratique qualifiée de « non défendable publiquement » lors d'un examen interne réalisé en 2019.

On peut ajouter à cela des révélations sur le manque de modération effectuée sur des contenus relatifs à des cartels de drogue notamment au Mexique (comme par exemple des annonces de recherches de tueurs à gages), ou pire encore, au trafic d'êtres humains : et pour cause, ces contenus viennent essentiellement de l'extérieur des États-Unis, or les modérateurs de Facebook ne passent que 12% à 13% de leur temps sur des contenus hors États-Unis – alors même que les utilisateurs de Facebook sont à 90% en dehors des États-Unis ! Or selon des dizaines de documents internes, des trafiquants de drogue, d'organes ou d'êtres humains s'appuient sur Facebook dans certains pays en développement. C'est notamment le cas au Moyen-Orient, où des trafiquants utilisent le réseau social pour attirer des femmes dans des réseaux de prostitution ou de travail abusif. En Ethiopie, des groupes armés auraient également utilisé la plateforme pour publier des appels à la violence contre des minorités ethniques. Alors que l'audience de Facebook est en pleine expansion dans ces pays, le réseau social n'est pas en capacité de modérer efficacement ces comptes.

« Facebook a concentré ses efforts de sécurité sur les marchés les plus riches, où les gouvernements et les institutions médiatiques sont puissants », reconnait l'ancien vice-président de Facebook, Brian Boland, auprès du quotidien américain.

La désactivation des filtres contre les « fake news »

Frances Haugen affirme également que Facebook a supprimé, après l'élection présidentielle américaine de 2020, des filtres contre la désinformation pour favoriser une augmentation de la fréquentation de ses plateformes. « Facebook s'est rendu compte qu'en changeant l'algorithme pour plus de sécurité, les utilisateurs passaient moins de temps sur la plateforme, cliquaient sur moins de publicités, et eux, gagnaient moins d'argent », a-t-elle expliqué à la chaîne américaine

Facebook a bien mis en place des équipes pour limiter la désinformation au moment des élections et modifié ses algorithmes pour réduire la diffusion de fausses informations. Mais son équipe, qui s'intéressait aux risques que pouvaient poser certains utilisateurs ou certains contenus à l'approche d'élections, a été démantelée peu après le scrutin de novembre 2020. A peine deux mois plus tard, les réseaux sociaux ont été utilisés par des internautes pour préparer le rassemblement du 6 janvier à Washington, qui a mené à l'intrusion au Capitole...

Tous les documents internes et le témoignage de Frances Haugen devant le Sénat américain mènent à une conclusion : Facebook a volontairement fermé les yeux sur les conséquences néfastes de ses réseaux sociaux sur le débat public et la santé mentale des utilisateurs.

Mark Zuckerberg pointé du doigt

Face à ces dysfonctionnements, Frances Haugen pointe avant tout du doigt l'absence de volonté d'y remédier. « Facebook peut changer, mais ne va clairement pas le faire de lui-même », a-t-elle lancé devant le Sénat. Selon les documents publiés par le « Wall Street Journal », une équipe a proposé dès le mois d'avril 2020 aux dirigeants de Facebook de remédier à la flambée de la désinformation et de la violence causée par l'algorithme, par exemple en cessant de renforcer la visibilité des contenus partagés à de nombreuses reprises par de longues chaînes d'utilisateurs.

Mais cette proposition aurait été dans un premier temps refusée par Mark Zuckerberg et n'a commencé à être testée qu'à la fin de l'été 2021, après que le réseau social a été critiqué pour son rôle dans les émeutes du Capitole. Le réseau aurait par ailleurs cherché à minimiser publiquement les effets d'Instagram sur les adolescents, en ne rendant pas publiques les recherches concernées.

Lors de son audition, Frances Haugen a d'ailleurs décerné une mention spéciale à Mark Zuckerberg, co-fondateur et patron du groupe Facebook. «« Il a un rôle unique dans l'industrie de la tech parce qu'il détient 55% des droits de vote de Facebook.  Il n'y a pas d'entreprise aussi puissante qui soit contrôlée de manière aussi unilatérale. Donc au final, la responsabilité revient à Mark. Et il ne rend de comptes à personne. Et Mark Zuckerberg est, dans les faits, le concepteur en chef des algorithmes », a assuré l'ingénieure.

La réaction virulente du patron de Facebook face aux accusations

Dans un message publié mercredi sur Facebook (en anglais), le patron du groupe Mark Zuckerberg a répondu à ces accusations : « Si nous voulions ignorer la recherche, pourquoi créerions-nous un programme d'études de pointe pour comprendre ces problèmes importants ? Si nous ne nous soucions pas de lutter contre les contenus préjudiciables, pourquoi embaucherions-nous autant de personnes qui s'y consacrent ? ». Et le créateur de Facebook d'ajouter :

« Au cœur de ces accusations réside l'idée que nous privilégions les profits plutôt que la sécurité et le bien-être. Ce n'est tout simplement pas vrai. » « Nous ne sommes pas d'accord avec sa façon de présenter les sujets sur lesquels elle a témoigné », a commenté Lena Pietsch, porte-parole de Facebook. « Mais nous sommes d'accord sur une chose : il est temps de créer de nouvelles règles pour internet. (...) Et plutôt que d'attendre de l'industrie des changements sociétaux, (...) il est temps pour le Congrès d'agir. », a-t-elle concédé.

La régulation des réseaux sociaux

Pour la lanceuse d'alerte, il faut imposer à Facebook davantage de transparence et de partage d'information, avec l'aide d'un nouveau régulateur dédié aux géants d'internet, à même d'appréhender la complexité de ces plateformes.

« Il est temps de créer une agence de protection des données et de forcer (les géants de la tech) à rendre des comptes », a tweeté mardi la sénatrice Kirsten Gillibrand.

Toutes ces révélations sur les dysfonctionnements et dérives de Facebook pourraient faire vaciller le géant américain et son patron Mark Zuckerberg si la Security and Exchange Commission (SEC) parvient à la conclusion que Facebook a menti à ses actionnaires et à ses utilisateurs sur plusieurs points...




Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

FACEBOOK, INSTAGRAM, WHATSAPP ET MESSENGER FACE A UNE PANNE GEANTE

Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger, les deux réseaux sociaux et les deux messageries du géant californien, sont parvenus à rétablir totalement leur service mardi matin après une panne massive de plusieurs heures ayant débuté lundi. Durant presque sept heures, les applications comme les sites web étaient concernés. Le service commençait toutefois à être rétabli vers minuit.

Dans un message posté sur Twitter lundi le réseau s'est adressé à ses utilisateurs : «Instagram et ses amis ont un peu de mal en ce moment, et il est possible que vous ayez des difficultés à les utiliser. Soyez indulgent avec nous, nous nous en occupons !» .«Nous sommes au courant que certaines personnes ont du mal à accéder à nos applications et produits. Nous travaillons à un retour à la normale le plus rapidement possible et nous présentons nos excuses pour ce désagrément», a tweeté Andy Stone, un porte-parole du groupe, dans la nuit de lundi à mardi.

Une panne d'une ampleur sans précédent

Facebook comme Instagram ont régulièrement des pannes, mais ces dernières se résolvent la grande partie du temps en moins d'une demi-heure. L'incident de lundi, qui a débuté vers 18 heures, est d'une ampleur toute autre au vu de sa durée et du fait qu'il concerne l'ensemble de la famille d'applications du groupe Facebook. C'est la panne c'est «la plus importante jamais observée» par Downdetector, un site de suivi de ce genre d'incidents. En cinq heures, plus de 14 millions d'utilisateurs, dans le monde entier, ont signalé qu'ils n'arrivaient pas à accéder à leurs comptes. La panne a touché l'intégralité du réseau social, utilisé par plusieurs milliards de personnes..D'après le site spécialisé les quatre réseaux ont été touchés aux alentours de 17h, heure de Paris, par une panne massive affectant plusieurs pays dont la France, l'Allemagne, les États-Unis, les Philippines ou encore le Royaume-Uni d'après le Guardian. Les services sont progressivement revenus à la normale pendant la nuit de lundi à ce mardi.

Une explication tardive

Le groupe américain a officiellement communiqué sur la cause de l'indisponibilité de ses services à 22 heures. «Mes excuses les plus sincères à toutes les personnes touchées par la panne des services Facebook. Nous subissons des problèmes réseaux et nos équipes travaillent au plus vite pour débuguer et restaurer le service», a tweeté le directeur technique du groupe, Mike Schroepfer.

Facebook a indiqué tard lundi soir dans un communiqué que la panne majeure de ses réseaux et messageries avait été causée par un «changement de configuration défectueux» de ses serveurs, qui a empêché ses utilisateurs d'accéder à la plateforme, Instagram, WhatsApp ou Messenger pendant environ sept heures. « Nos équipes d'ingénierie ont appris qu'un changement de configuration des routeurs principaux qui coordonnent le trafic entre nos centres de données a entraîné des difficultés techniques aboutissant à l'arrêt de toute communication », explique le réseau social dans un post de blog.« Cette interruption des échanges du réseau a eu des effets en cascade sur la façon dont nos centres de données communiquent, provoquant la panne de nos services », ajoute-t-il.

«Les personnes et les entreprises dans le monde dépendent de nous pour rester connectés», a noté le groupe sur l'incident exceptionnel. «Nous présentons nos excuses à ceux qui ont été affectés», a ajouté Facebook, soit potentiellement plusieurs milliards de personnes selon divers experts en cybersécurité.

Les conséquences

La panne a touché les services internes de Facebook. Selon les médias américains, Workplace, la plateforme de communication interne du géant des réseaux sociaux, était également concernée. Et les salariés ne recevaient plus les emails provenant de l'extérieur. Certains collaborateurs ont eu des difficultés à accéder aux locaux de l'entreprise, leur carte d'accès refusant de fonctionner. Ces difficultés ralentissent la résolution de la panne.

Autre conséquence non négligeable du côté des internautes: Dans de nombreux pays en développement, où les SMS coûtent cher, Messenger et WhatsApp sont le principal mode de communication. C'est le cas par exemple en Inde, où des commerçants dépendent de Facebook et de WhatsApp pour prendre des commandes de leurs clients, souligne le « New York Times » .

La fortune du richissime Mark Zuckerberg, cofondateur de Facebook, a fondu de plus de 6 milliards de dollars en quelques heures après une chute du titre en Bourse, qui a fait également les frais de critiques sur sa politique. Poids lourd du Nasdaq, Facebook a plongé de 4,89% à 326,23 dollars. Depuis ses sommets début septembre, le titre a perdu 15%.

La panne ne pouvait pas plus mal tomber pour le groupe de Mark Zuckerberg. Facebook fait en effet face aux accusations d'une lanceuse d'alerte, Frances Haugen , qui reproche à l'entreprise de faire passer ses profits avant la sécurité des utilisateurs...




Paul Emison pour DayNewsWorld
There are no translations available.

WHATSAPP VA PERMETTRE A FACEBOOK

 DE NOUS ESPIONNER

Les deux milliards d’utilisateurs de la messagerie WhatsApp se voient proposer depuis la semaine dernière de nouvelles conditions générales d’utilisation (CGU). Ceux qui refuseraient de s’y soumettre ne pourraient tout simplement plus y accéder.

Derrière cette retouche du règlement, la maison-mère Facebook cherche à monétiser sa messagerie,  achetée en 2014 pour

22 milliards de dollars, en élargissant l’éventail des données personnelles collectées et mobilisables par les annonceurs publicitaires.

L’application de messagerie instantanée WhatsApp était tout au début fondée sur des principes forts de sécurité des données. «La confidentialité et la sécurité sont dans notre ADN», assurait la messagerie avant son acquisition par Facebook. Mais le réseau social souhaite désormais pouvoir cibler les utilisateurs de Whatsapp avec des publicités, et cela met à mal la protection de leurs données personnelles.

Si on utilise Whatsapp on est par conséquent obligé de partager avec Facebook son numéro de téléphone, les données de transactions du service shopping en ligne de Whatsapp , les adresse IP ainsi que les données de diagnostic collectées dans les logs de l’application, les contacts, nom, photo de profil, statut (le contenu des conversations sous tous les formats reste chiffré de bout en bout). Alors, comment faire pour éviter de suivre les plans de Mark Zuckerberg ?


Des messageries alternatives

Il suffit de se rabattre sur d'autres messageries comme Signal ou Wire , des messageries alternatives qui ne retiennent aucune donnée. Les seules données personnelles que Signal collecte sont le numéro de téléphone, et l’application ne tente pas de le lier à votre identité.

L’application Wire est moins connue, mais elle est tout aussi sécurisée, et présente les mêmes fonctionnalités que Signal. Telegram est une autre messagerie connue pour assurer la sécurité et la confidentialité des échanges de ses utilisateurs.

Elon Musk et Edward Snowden en ambassadeurs

 service Signal, en particulier, a pu profiter d’un coup de publicité de deux pontes du monde de la tech et des réseaux sociaux. Elon Musk et Edward Snowden ont en effet tous les deux incité leurs followers à utiliser Signal. L’ancien agent de la NSA exilé en Russie s’est même fendu d’un tweet où il suggère explicitement qu’il ne serait plus de ce monde s’il utilisait une autre application de messagerie.« Voici une raison : je l’utilise tous les jours et je ne suis toujours pas mort », écrit le lanceur d’alerte.

Selon le site Nextinpact, les conditions en anglais précisent qu’ en cas de résidence dans l’Union Européenne, les règles qui s’appliquent sont celles de l’Union Européenne , c’est-à- dire qu’on a également le droit de limiter le traitement de nos informations ou de s’y opposer.




Alize Marion pour DayNewsWorld

POLEMIC AROUND 5G

ISSUES AND DANGERS

By mocking Monday, September 14, 2020 supporters of a moratorium on 5G as Amish followers of the oil lamp, Emmanuel Macron revived the debate around the new communication standard that is 5G, the 5th generation of mobile telephony.

In front of an audience of French Tech digital entrepreneurs gathered at the Elysee Palace, the Head of State violently responded to the request for a moratorium on the deployment of 5G, formulated on Sunday in the JDD by some 70 elected officials ecologists and leftists, including the leader of rebellious France Jean-Luc Mélenchon and EELV MEP Yannick Jadot.

On Sunday, these left-wing elected officials and environmentalists have in fact demanded the application of a moratorium until the summer of 2021, denouncing a deployment of this technology "without a study ofclimate and environmental impact nor any prior public consultation ”.

But what are the real issues behind this acceleration in mobile communications ?

A question of sovereignty

“France is the country of the Enlightenment, it is the country of innovation […] We are going to wring our necks out of all the false ideas. Yes, France will take the turn of 5G because it is the turning point of innovation. I hear many voices rising to explain to us that we should take up the complexity of contemporary problems by going back to the oil lamp! I do not believe that the Amish model makes it possible to solve the challenges of contemporary ecology, ”mocked the head of state, alluding to this American religious community hostile to technology and which lives as in the 18th century. The President then added how much "on 5G and many other subjects, we must not depend on any non-European power".

A question of sovereignty that has gained momentum as the confinement and the health crisis have shown the crushing weight of the American internet giants and that the leader of 5G equipment is the Chinese Huawei.

A competitiveness issue

5G will support a multitude of uses. “5G is the fifth generation of mobile networks, which succeeds 2G, 3G and 4G technologies,” explains Arcep, the telecoms gendarme, who has created a special section on its website. 5G is an evolving technology which will be enriched gradually, according to the evolution of standards at the global level.

When it is launched, 5G will improve access to the services offered by 4G networks by allowing better speed and more capacity. With 5G, a much larger amount of data can indeed be exchanged without network congestion. It will then evolve as elements of the network adopt this technology and the frequencies on which it will be deployed. It will thus promote the development of innovative services for individuals and businesses in many areas (health, transport, etc.).

The Internet of Things, a trend consisting in connecting and making intelligent a growing number of objects (automobile, various sensors, industrial robots, etc.), could in particular benefit from 5G and thus facilitate multiple applications such as the smart city, connected agriculture, industry 4.0, the autonomous vehicle… 5G is therefore also a competitive issue for the country, well beyond the telecoms sector.

Adverse effects on health and the environment ?

Since the arrival of the mobile phone in our lives, the question of its dangerousness and of the carcinogenic nature of the waves emitted by relay antennas has regularly resurfaced.A first scientific report on the effects of 5G on health has been published by the General Inspectorate of Social Affairs (Igas) is reassuring. Entitled "Deployment of 5G in France and around the world: technical and health aspects", this 190-page document - which is meant to be serious - stressed that there were no "proven adverse effects in the short term in below ”the recommended limit values ​​for exposure to electromagnetic waves.

Regarding the health effects of electromagnetic waves, "according to the consensus of national and international health agencies, there are no proven harmful effects in the short term, below the recommended exposure limit values", write the researchers. authors, who are based on "a large number" of studies published on the subject since 1950.

"The possible long-term effects, carcinogenic or not, difficult to demonstrate, are at this stage, for the most part, not proven according to the same national and international agencies, ”they add. A report by the General Council for the Environment and Sustainable Development (CGEDD), the General Inspectorate of Social Affairs (IGAS) and the General Inspectorate of Finance (IGF), published on Tuesday, however minimizes the risks for the health.The National Health Security Agency (ANSES), which noted in January the lack of scientific data on the subject, must submit its final report in March 2021.

And the risks for the environment ?

Beyond the possible harmful effects in terms of public health, opponents of 5G accuse it of causing an increase in greenhouse gas emissions.

The Citizen's Convention for the Climate an assembly of citizens drawn by lot, created on the proposal of Emmanuel Macron in response to the yellow vests movement, whose 149 proposals had been presented to the President of the Republic last June, had recommended a moratorium on the deployment of this technology. The President of the Republic had also validated, along with 145 others, the proposed moratorium on 5G of the Climate Convention. The final report of this Convention called for “Getting out of“ innovation for innovation ”, underlined the ecological and carbon impact. For example, the switch from 4G to 5G would generate more than 30% more carbon energy consumption, without any real utility (no added value for our well-being). "

While France opens its auctions at the end of September to operators so that they acquire the frequencies necessary for this new standard, the State's desire to go through with the deployment of 5G has been clearly shown.




Joanne Courbet for DayNewsWorld

MEETING SITES AND APPLICATIONS USE SCIENCE

Thanks to genetics and neuroscience, new generation dating applications could calculate the degree of attraction between two strangers. Could we speak of the prescience of love ?

Could we know in advance if two strangers will like each other ?

Candidates for love with the beautiful days that are looming will be legions in profiles on the web. Yes, one more reason to turn to dating sites! And even more during a period of confinement where you cannot sit on a café terrace !

This superpower is more than ever desired. And now Anglo-Saxon companies boast of having finally found the solution to predict without fail if two people will match.

They are called Digid8, DNA Romance, Pheramor or Instant Chemistry, names that evoke the chemical industry more than the emotional market.

Normal: these recent dating applications now offer to anticipate the level of attraction between individuals thanks to biological parameters.

In the eyes of their creators our body would indeed be conditioned from birth, causing us to invariably crack on one type of person rather than another. Unconscious compatibility governed by genetics and biochemistry, therefore scientifically measurable.

"Genetic match making" instead of matchmakers ?

"Humans have fantasized about being able to make such predictions for centuries," says Pascal de Sutter, professor at the Faculty of Psychology at the Catholic University of Louvain, in Belgium, and consultant for the reality TV show "Married at first glance ”, which unites for the life of the people who have never seen each other.

In the villages, there were in particular matchmakers, responsible for connecting single people according to precise criteria guaranteeing a reciprocal and lasting attraction. Today, science gives us several indications on what will make a meeting work or not. ”

"By analyzing the DNA of couples of several species of mammals, including humans, we make the strange observation that the partners do not seem to come together completely by accident," says Ivan Rodriguez, professor of neurogenetics at the University of Geneva (UNIGE).

This happens at the receptors produced by genes linked to the immune system, which have several distinct types. There is an overrepresentation of couples whose partners have different types of these receptors. ”

Guided by molecules like in animals ?

The interpretations that can explain this pairing remain highly debated and controversial, but for many researchers, the phenomenon would respond to an imperative of evolution.

"From the point of view of the survival of the species, it is probably more interesting to see the birth of babies with a diverse bouquet of receptors of the immune system, in order to be able to better cope with pathogens and aggressions from the outside world", clarifies Ivan Rodriguez. But then, how would our genome, working in the shadows, drive our attractions?

The mechanisms involved in these guided choices of partners remain mysterious, recognize the specialists. Some evoke the action of pheromones, molecules which one secretes, capable of modifying the behavior in the other when there is compatibility. Pheramor, one of the futuristic dating apps, claims to create couples through the analysis of these chemical compounds in its users. However, the scientific consensus on the issue is not there.

"This communication of molecules has been proven in many animals, but it has not yet been demonstrated in humans," notes Bernard Sablonnière, professor of biochemistry and molecular biology at the Faculty of Medicine in Lille, France, and author of The chemistry of feelings (Ed. Odile Jacob).

"There is perhaps a single molecule, produced by the glands under the armpit, which is technically entitled to the title of pheromone with us, reports Ivan Rodriguez. But for our species, there is no known pheromone that will induce stereotypical sexual behavior in a partner. ”

If the trail of pheromones is ultimately quite unlikely, the hypothesis of an unconscious communication between our bodies remains preferred. The most obvious channel, then?

Our nose, being proven that "smells have a strong discriminating power and that an attraction at this level is necessary for a relationship", underlines Francesco Bianchi-Demicheli, professor at UNIGE and specialist in sexual medicine. There would thus be people who inspire a rapprochement and others who rather make you want to take the tangent.

However, here again, it may not be just a matter of personal taste in terms of perfume, notes Ivan Rodriguez: “Body odor is, among other things, the product of our microbial environment, since our skin is covered with millions of bacteria. These latter produce organic compounds which can reflect our bouquet of genes linked to the immune system. Some researchers believe that we would be able to unconsciously sense these bouquets of receptors and preferentially orient ourselves towards the individuals most complementary to us in this area. ”

The resonance between two beings...

So it's a fact: we are still under pressure from natural selection. So, with these apps of the future, have we finally invented the perfect matchmaker ?

Far from it, temper the experts, like Bernard Sablonnière, for whom "there are more neuropsychological parameters than biological to explain the attraction between two beings".

The sensory factors involved in attraction also appeal to the visual, hearing and touch, the last very important point in the process of seduction for our species. Humans display extremely complex sexuality.

"Pheromones can certainly play a considerable role, but that is not enough to guarantee agreement. In love there is an inconsistent, variable part, full of surprise, completely rejected from this experience. ", Adds sexologist Antoine Spath, author of Foiling the traps of manipulators and narcissistic perverts, it's clever.

With us, a whole "cultural dimension is added to the factors governing the choice of partner, which will weigh heavily in the face of a small biological fact," explains Ivan Rodriguez. On this point too, a certain predictability would be measurable, advance psychology and sociology, which have identified an almost infallible magnet: homogamy.

"This observation is not very politically correct, even if it is a reality, assumes Pascal de Sutter. People from the same socio-cultural background are more likely to get together, because this common origin makes it easier to understand each other and alleviates the challenges to be met in the couple. ”

Demonstration is done with dating sites: while these spaces theoretically allow the elimination of social barriers and bringing together all categories of the population, the couples who form there are rather homogamous on arrival, as the pointed out the Swedish researcher Marie Bergström in her book "The new laws of love: Sexuality, couple and meetings in the digital age" (Ed. La Découverte), in 2019.

Cannot be programmed by an algorithm !

And if not, what about personality as the engine of seduction?

Do opposites attract each other like yin and yang, North Pole and South Pole?

Affirmative!

At least at the start. "Complementary profiles, with centers of interest, divergent values ​​and tastes, flaws and unshared qualities, often generate an attraction because difference, the unknown, are desirable," notes Pascal de Sutter.

They feed each other in the early days, but for a long-term relationship, the science is pretty clear, similar personalities work much better. ”

“The olfactory signal is a powerful actor in history, as well as the weight of culture, of collective thought, which freeze codes of attractiveness. However, we must not forget the emotional dimension of desire. Little-known equations remain unanswered to explain the feeling of compatibility. ”

“Charm is a parameter that cannot be defined scientifically. The resonance between two beings cannot be programmed by an algorithm.

Of course, with such experience, you can love yourself, but love yourself well, just good. The current which passes between two beings is not to love each other "just" well. It is an elusive, mysterious part of us that makes us love each other for a lifetime. ", Says Patricia Delahaie, psychosociologist, author of How to make the good meeting.




Sandra Stac for DayNewsWorld

ROBOTS TAKE CARE OF THE SICK IN ITALY

Italy has been badly affected by the Coronavirus with more than 13,000 deaths recorded since its appearance in the country on January 31. On the front line in the fight against this disease, health professionals are highly exposed to the risk of contamination since they are in regular contact with the sick. More than 4,000 Italian health workers have tested positive for the virus and 66 doctors have lost their lives.

In order to reduce contact between patients and healthcare staff, certain structures in the country have therefore opted for technology. In a hospital in Lombardy in Italy, robots replace hospital staff for certain tasks in the fight against the coronavirus. They allow remote monitoring of patients infected with the virus. They notably measure heart rate, blood pressure, saturation or even respiration, in place of humans.

"Robots are tireless assistants," explains Dr. Francesco Dentali, director of intensive care at Circolo Hospital in Varese, "who cannot be infected, who cannot infect, who cannot be sick."

Doctors and nurses have been hit hard by the virus, so it is of great interest that a robot cannot be infected. »: These recruits are dubbed by the head of the intensive care unit of the Circolo hospital in Varese, Italy, overwhelmed by coronavirus patients. By controlling these androids remotely, doctors and nurses at this Varese hospital protect themselves and save on protective equipment.

With large flashing eyes, they are brought into the rooms and left at the patient's bedside so that doctors and nurses can care for other people in more serious conditions.

These robots monitor the parameters of the equipment in the ward and transmit them to hospital staff. Robots have touchscreen faces that allow patients to record messages and send them to doctors. These machines of the Sanbot Elf brand were designed by the Chinese company Qihan Technology.

"It's like having another nurse without the problems of infection," said Dr. Francesco Dentali, director of intensive care at the hospital. Mask, gloves and gown less.




Kelly Donaldson for DayNewsWorld

SNAPCHAT ALWAYS MORE

BUT NOT ALWAYS BETTER

Years have passed, Instagram, with its 500 million daily active users, has emerged and, in the face, Snapchat has been a little forgotten. But the service of Evan Spiegel tries these days to recover a health. Its Android application has been completely revised

The application is now a platform will offer its users a catalog of video games, social and multiplayer. That's what was announced on April 4 in Los Angeles. Video games

A video game named Bitmoji Party multiplayer

What is it? Up to 32 people, represented by their avatars used in Snapchat, can challenge themselves in a series of short tests while chatting, thanks to the cat or voice. The goal ? Recreate the atmosphere of a game played in real life around a home console.

Snapchat, the app to the 186 million daily active users, sees this video game as a natural extension of their messaging: a sharing experience, just like the exchange of messages or photos. Bitmojis will appear on Fitbit and Venmo.

Ten new Snaps Originals

If the company also revealed the name of ten new "Snap Originals" - these video series shot in vertical format - many ads were more specifically aimed at Snapchat's partners. Thus, new tools have also been promised to facilitate the creation, by external contributors, of "lenses", these animations in augmented reality which made the popularity of Snapchat.

Snap now allows you to create more sophisticated effects, to animate some famous buildings (the Eiffel Tower, Buckingham Palace ...)

Snap thus puts at the disposal of the developers the fruit of its research in augmented reality to be able to propose contents always richer.

Partnerships with Netflix and Tinder.

The stories of Snapchat land on third-party applications. And among the partners, we count Tinder, dating service. Here is what we read in the press release. Snap will now extend its presence, and thus its visibility, beyond its application, by offering for example sharing buttons within sites like Netflix, but also by exporting Snapchat content to partners. Users of Tinder and Snapchat will be able to send a Snap to "My Tinder Story" (a new option) from Snapchat to make it appear directly on Snapchat so that it will appear directly on their Tinder profile.

The other partner apps for now are Houseparty and Adventure Help and this list is set to grow. The integrations will be "finalized by the end of 2019".

A hybrid whole?

"What you need to understand is that Snap is more than just an app, it's a platform that creates value on many levels: content, communication, augmented reality, video games. It is this mix that leads to a revolutionary product. Says Jared Grusd, the company's strategy manager.

Let's bet he succeeds his bet !

Paul Emison for DayNewsWorld

TWO HYDROGEN TRAINS IN GERMANY

The Coradia iLint hydrogen trains from Germany's Alstom plant are on sale for the first time this Monday in commercial service in the north of the country.

They replace the current diesel fleet, run at 140 km / h and do not emit greenhouse gases or fine particles. The trains will be refueled in a mobile hydrogen distribution station.

Recharged in hydrogen supplied by the German industrial gas specialist Linde, they will be able, with a full, to travel 1,000 kilometers. Either drive for a day through this flat territory.

"The gaseous hydrogen will be injected into the trains from a steel container about 12 meters high, near the tracks in Bremervörde station ," Alstom said in a statement. With a full, the trains will have a total autonomy of 1,000 kilometers, which will allow them to circulate on the network for a whole day. "

A stationary distribution station in EVB's facilities will be opened in 2021. At that time, the French manufacturer will also have to deliver 14 new Coradia iLint trains.

The Coradia iLint emitting only water vapor aims to replace polluting diesel locomotives that continue to circulate on the rail networks.

In France, the Infrastructure Orientation Council (IOC), in its report published on 1 February, expressed the wish to look into this technology.

"We want to promote the development of hydrogen trains and we advise delaying the electrification of unaccompanied railway lines , " said Philippe Duron, IOC President during the presentation of the report.

In France, a significant part of the TER fleet still runs on diesel, because of the lack of electrification of the lines.


Boby Dean for DayNewsWorld

 

SOON AUTONOMOUS TRAINS

"With the autonomous train, all the trains will circulate in a harmonized way and at the same speed, and the railway exploitation will gain in fluidity. And more fluidity, it is a better regularity and a greater punctuality of the trains ", foresees the boss of the SNCF Guillaume Pepy, quoted in a release.

The SNCF has made an announcement that may foreshadow a great revolution in railways:

it plans to move fully automated prototype trains by 2023 through a partnership with the Alstom railroad manufacturers and the Canadian Bombardier.

"With the autonomous train, all the trains will circulate in a harmonized way and at the same speed, and the railway exploitation will gain in fluidity. And more fluidity, it is a better regularity and a greater punctuality of the trains " , according to Guillaume Pépy.

The French company and Railenium, the research institute of the railway industry based in Valenciennes (North), are also leading two consortiums designed in January to do this.

The first consortium includes Alstom, the Altran engineering group, the Italian signaling specialist Ansaldo STS (Hitachi Group) and Apsys, an Airbus subsidiary in charge of cybersecurity. He will have to produce an autonomous freight train.

The second, dedicated to travelers, must automate a TER. It consists of Canadian automaker Bombardier, German equipment manufacturer Bosch, artificial intelligence specialist SpirOps and technology group Thales.

The consortia will have a budget of 57 million euros financed by 30% by the SNCF, 30% by the State and 40% by the other partners.

In the coming years, this means building fully automated trains.

No obligation of human presence to steer the train.

Eventually this project would allow more trains to run on the busiest lines, and also reduce energy consumption by optimizing driving.

Also contemplated are applications such as remotely controlling a freight train.

Industrially, these trains would not be built before 2025 however.

Such a project is reminiscent of the Hyperloop initiative launched in 2013 by the entrepreneur Elon Musk, who could eventually give birth to a high-speed train capable of traveling more than 1,100 kilometers per hour.

The Hyperloop would connect the cities of Los Angeles to San Francisco in less than 30 minutes ...


Paul Emison for DayNewsWorld

 

There are no translations available.

POLAROID INSTAX IMPOSSIBLE PROJECT

La photo instantanée ?

Polaroid, Instax, Impossible Project...

La photo instantanée possède un pouvoir indéniable : elle rend les gens jeunes et beaux tout en mettant de bons gros hashtags #wokeuplikethis #blessed #effortless !

Un objet esthétique à part entière.

La photo instantanée a sa beauté propre ; c’est une manière inimitable de pratiquer la photo.

Quand on shoote en numérique ou avec son téléphone portable, on consomme de la photo jetable, pas forcément indispensable.

Quand on utilise un film de 8 ou 10 instantanés avec un certain coût, chaque photo est importante. Chaque vue représente un choix sur la pellicule.

En te mettant à la photo instantanée, tu montes ton niveau d’exigence vis-à-vis de toi-même…

Impossible Project, l’instantané artistique

Impossible Project a repris la fabrication des films Polaroid vers 2010,d'où une grosse longueur d’avance sur son concurrent Instax.

Laisse-toi surprendre par le charme de la photo argentique !  Le matos : si tu veux te fournir chez Impossible Project :

- Format : 7,9×7,9 cm pour l’image seule, 8,8×10,7 cm en comptant le cadre. C’est le format Polaroid classique.

- Appareils : le gros avantage des films Impossible Project, c’est qu’ils fonctionnent avec presque n’importe quel appareil Polaroid d’occasion que tu pourras acheter sur Ebay, Le Bon Coin.

-Impossible Project commercialise trois types de films : les 600, SX-70, et Spectra/Image. Si tu veux vérifier que l’appareil est compatible avec l’un de ces trois formats, tu peux regarder dans cette super base de données.

Impossible Project a la batterie qui fait fonctionner l’appareil. Ils sont assez coûteux : pour un film de base, on compte 20 € pour 8 photos.

La force de la marque : elle propose des variantes très arty : photos à cadres ronds ou colorés, pellicules aux chromies particulières, noir et blanc... Un seul bémol cependant : la chimie des films n’est pas toujours bien maîtrisée (partie des images du film abîmée, pas stable, voire complètement ratée .

Instax : l’instantané facile Instax se décline en deux gammes distinctes : Mini et Wide .

Si Impossible Project mise tout sur l’aspect artistique, Instax insiste au contraire sur la simplicité d’utilisation de ses produits .

Format : Instax Mini : 6,1×4,6 cm pour l’image seule. Instax Wide : 9×6,2cm pour l’image seule. Un format carré est actuellement à l’étude chez Fujifilm.

Vers des appareils plus sophistiqués

Quand on parle de photo instantanée, on imagine souvent des appareils pas trop prise de tête .

Si tu veux mettre à profit toutes tes connaissances techniques pour maîtriser parfaitement le rendu de tes images, voici quelques appareils a conseiller.

°Côté Impossible Project, la marque a sorti récemment son appareil I-1."

Compatible avec les films 600, il a néanmoins aussi sa propre gamme dédiée, la I-type, qui est légèrement moins chère (18 € pour 8 photos). En effet, comme le I-1 a sa propre batterie, pas besoin de l’intégrer dans la pellicule…

Fonctionne de pair avec une application smartphone, qui te permet de déclencher à distance et te donne accès aux contrôles manuels (ouverture et vitesse) de l’appareil. Permet aussi de tenter des trucs foufous, comme le light Painting ou la double-exposition (c’est-à-dire combiner deux photos sur la même image !).

Il est aussi équipé d’un ring-flash, ou flash annulaire, cercle lumineux qui entoure l’objectif. Ça permet de faire de jolis reflets dans les yeux, de limiter les ombres et aussi d’éclairer de petits objets.

Mais il coûte 349,99 €. Argh.

Pour Instax, il faudra surtout se tourner du côté de Lomography . La marque commercialise les Lomo’Instant .

Si tu es plutôt « Mini », tu peux opter pour un simple Lomo’Instant, décliné en plein de couleurs et motifs pas dégueu . Compte environ une centaine d’euros pour l’acquérir.

Si tu préfères le format large, le Lomo’Instant WidE alors . Il coûte environ 200 €.

Quelques points forts de cette gamme instantanée :- la grande ouverture,

- le flash intégré débrayable

-l es objectifs interchangeables

- le mode B (qui permet de garder l’obturateur ouvert aussi longtemps que tu le souhaites, par exemple pour faire du light painting)

- les filtres colorés

-la possibilité d’expositions multiples et le mode automatique qui gère efficacement la lumière à ta place (Wide et Automat uniquement).

Enfin, dernière option un peu chic pour les adeptes de l’Instax, le Sofort, as encore.

Le Sofort est le tout premier appareil photo instantané de chez Leica ( Leica,le constructeur absolument mythique, à l’origine de grands appareils) et il fonctionne avec des pellicules Instax mini.

Ses points forts : SES COULEURS FORMIDABLES avec ses orange etses menthe ses différents modes automatiques (auto, selfie, fête, action, pose longue, surimpression), son retardateur.

Et peut-être les futurs films que Leica annonce préparer dans ses usines…

Le prix ? 279 €.

Ça y est, te voilà parée pour le monde impitoyable de la photo instantanée !!!

Et le SCOOP DE LA RENTREE :

Si tu Désires un super book tourne- toi plutôt vers le photographe des stars de Hollywood qui vient pour une tournée en Europe !

Paul Emison pour DayNewsWorld.

There are no translations available.

DE LA MEDECINE REGENERATRICE

UNE PROTEINE ANTIVIEILLISSEMENT

Des scientifiques de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) découvrent une protéine anti-vieillissement capable de lutter contre le vieillissement musculaire.

Une hormone qui régénère les muscles des seniors

Des scientifiques de l’Inserm à Toulouse ont identifié une protéine capable de jouer un rôle déterminant dans la lutte contre le vieillissement. Son nom ? L’apeline.

Elle est connue depuis 1998, et est sécrétée lors de l’effort physique.Cette hormone sécrétée par le muscle permet d’améliorer la qualité musculaire. «  Dès l’âge de 30 ans, tout humain perd 1% de sa capacité musculaire », rappelle Philippe Valet, professeur de physiologie, codirecteur avec Cédric Dray d’une équipe à l’Institut des maladies métaboliques et cardiovasculaires à Toulouse (Inserm, université, CHU).

Véritable allié-jeunesse, l’apeline pourrait maintenir voire restaurer les capacités musculaires. Toutefois sa production diminue avec l’âge.Et l'on comprend mieux alors pourquoi les muscles des personnes âgées ont du mal à se régénérer. Caractérisée par une dégénérescence musculaire, la sarcopénie touche un senior sur trois

On pourrait peut-être dans les années à venir remédier à ce phénomène.

L’équipe de scientifiques de l’Inserm s’intéressent de près à la question depuis 2012.

En effet ils ont administré de l’apeline à des souris de deux ans (l’équivalent de 80 ans chez l’homme).Et les conclusions de leurs analyses sont des plus intéressantes : les rongeurs voient leurs aptitudes musculaires s’améliorer « significativement » ainsi que la régénérescence de leurs fibres Aucun doute : cette protéine stimule à la fois le métabolisme cellulaire dans le muscle et la régénération des myofibres à partir des cellules-souches.

Bien entendu l'équipe de l’université Paul-Sabatier de Toulouse ne compte pas en rester là et envisage pour l'avenir des essais cliniques.

Pour que les personnes âgées puissent rapidement bénéficier des bienfaits de l’apeline, les premiers essais cliniques sur la molécule seront menés par le Gérontopôle de Toulouse à partir de 2019.

« Ces travaux permettent d’envisager l’apeline à la fois comme un outil de diagnostic précoce de la sarcopénie et comme un traitement prometteur pour lutter contre la perte de fonction liée à l’âge », explique Philippe Valet, codirecteur de l’étude et professeur à l’université Paul-Sabatier de Toulouse.

. "L’apeline pourrait être utilisée à des fins thérapeutiques, puisque les résultats de l’étude chez la souris montrent qu’un traitement par cette hormone que l’âge progresse, la production d’apeline en réponse à l’exercice diminue. Un constat qui varie toutefois selon les personnes, certaines voyant leurs capacités diminuer plus ou moins vite que la moyenne.

Face à ce phénomène naturel appelé sarcopénie, médecins et gériatres recommandent de faire des exercices musculaires quotidiens, à commencer par marcher. Mais dans les années 1990, des chercheurs japonais ont découvert chez le rat une hormone, l’apeline, qui, sécrétée par le muscle lui-même, contribue fortement à améliorer la force musculaire.

"Cette hormone, produite sur place par les cellules du muscle, empêche la fonte musculaire et régénère en permanence les fibres musculaires", explique Philippe Valet. Afin d’étudier son rôle exact, les chercheurs ont administré de l’apeline à des souris âgées. Ils ont effectivement observé une amélioration de leurs capacités musculaires ainsi qu’un retour à la normale de leurs myofibres.

Cette amélioration est due à la capacité de l’apeline à stimuler à la fois le métabolisme cellulaire dans le muscle et la régénération des myofibres à partir des cellules souches adultes. De l'espoir pour la médecine régénératrice!

Carl Delsey pour DayNewsWorld

 

MAGIC LEAP PROMOTES ITS HELMET OF

VIRTUAL REALITY

Magic Leap finally launches his mixed reality helmet at $ 2295.

Magic Leap One Creator Edition is for artists and developers. It is available in only six cities in the United States. The American press salutes the comfort and the quality of the rendering. .

Magic Leap has always been keen to revolutionize augmented reality and announced it in 2014. Finally, it launches finally this August 8 the marketing of a limited edition and professional of its device called Magic Leap One Creator Edition. Investors like Google or JP Morgan have sometimes doubted its ability to produce a finished product.

Magic Leap One Creator Edition has three gray-colored elements, rounded shapes: the headset (Lightwear), the mini computer to slip in his pocket or to carry over the shoulder (Lightpack) and a controller (Control). The whole is sold for $ 2295, only on the official website magicleap.com and to only six cities in the United States: Chicago, Los Angeles, Miami, New York, San Francisco and Seattle. The Lightwear is available in two sizes and anyway adjustable thanks to five interchangeable nose pads.

The American press (The Verge, Cnet.com) praised the helmet as comfortable. Its particularity is to be equipped with components of a new type: waveguides called by Magic Leap "photonic chips" which focus the light. It also features tracking cameras that map the environment and inward-facing eye tracking cameras. If you can not wear it with your glasses, you can still fix your lenses inside. There is a headphone jack but the sound arrives by default via small speakers placed near the ears. The Lightpack is permanently connected to the headset and embeds a platform Nvidia Tegra X2 with 8 GB of memory and 128 GB of storage, as well as a battery with a battery life of three hours. It has a USB port, a power button, a volume button and another to pause. It can connect in Bluetooth and Wi-Fi, but not yet with mobile networks, outdoors.

A still limited field of vision

But Magic Leap manages to insert virtual 3D objects in the real world For American journalists the helmet is very promising and the experience it offers is one of the best in the market. With an image quality similar to that of Microsoft's Hololens, which remains a must in the field.

The field of view (FOV) is 45% higher than that of Microsoft's headset, but it is still limited and does not cover all of your eyes. So less immersion: some virtual objects appear cut or can disappear as soon as you turn your head slightly.

A major flaw also: its high price ... it still costs $ 2295.

It remains to be familiar with a whole new ecosystem: the LuminOS operating system, the Magic Leap World application catalog and the Helio browser.


Paul Emison for DayNewsWorld

 

There are no translations available.

MENACE DE LA SECURITE DES BASES MILITAIRES

PAR UNE APPLICATION JOGGING

Des milliers de militaires utilisent l'application de fitness Strava pour analyser leurs séances de jogging. Mais cette utilisation ne s'avère pas dénudée de problème pour la sécurité militaire. L'application de fitness Strava a en effet cartographié les itinéraires de course de tous ses utilisateurs dans le monde.

Et Nathan Ruser, l’étudiant qui a lancé l’alerte sur Twitter a vu dans des taches de lumière au milieu du désert la preuve de l’existence de bases peu connues, voire secrètes.

Cela concerne par exemple les bases de Taji, au nord de Bagdad, de Qayyarah au sud de Mossoul, de Speicher près de Tikrit et de Al-Asad dans la province d'Al-Anbar.

Mais des sites plus confidentiels sont aussi révélés par la carte, dans le nord et l'ouest de l'Irak ainsi que la base française de Madama, dans le nord du Niger Et même des portions de routes...

Pour M. Ruser, dans ces pays, « les seules personnes qui utilisent cette application sont le personnel militaire étranger ».

Le ministère américain de la défense a réagi. « [Nous] prenons cette affaire très au sérieux et nous analysons la situation pour déterminer si de nouvelles règles ou de nouvelles formations sont nécessaires », a expliqué un porte-parole du Pentagone dans les colonnes du Military Times. Le colonel John Thomas, porte-parole de l’Etat-major américain, a également déclaré au Washington Post que l’armée étudiait la question.

Cette information ne lasse pas d' inquiéter également Xavier Pasco, expert en questions spatiales et en sécurité à la Fondation pour la recherche stratégique :

« Si cela se vérifiait, cela représenterait une nouvelle vulnérabilité. Des choses habituellement cachées deviendraient apparentes. Les personnes qui préparent un attentat étudient soigneusement leur cible. Ils recherchent des informations sur la fréquentation, sur les routines de leurs ennemis. Ils étudient leur comportement en détail. Mais il leur manquera toujours des informations cruciales sur les effectifs de la base ou ses défenses. »

Le problème aurait pu être évité facilement, d'après Strava: "Les athlètes qui ont paramétré leurs données 'en privé' ne voient pas leurs données collectées."

Nul doute que les soldats vont recevoir la consigne de déactiver l'application en territoire étranger !

A moins que Strava, à l'image de Google Maps, ne préfère finalement flouter certaines localisations.

"La récente divulgation de données souligne l'importance d'une sensibilisation aux différentes situations quand des militaires partagent des données personnelles" a déclaré Audricia Harris, porte-parole du Pentagone.

Andrew Preston pour DayNewsWorld
There are no translations available.

FACEBOOK SE LANCE DANS LE COMMERCE EN LIGNE AVEC SA NOUVELLE APPLICATION « MARKETPLACE »

Le réseau social Facebook réaffirme ses ambitions dans le commerce en ligne concurrençant désormais le site internet «Leboncoin.fr» créé en 2006, qui a ubérisé les journaux d'annonces gratuits et Craigslist, leader sur le marché.

Optimisée pour le mobile, cette nouvelle fonctionnalité va donner un coup de vieux au Bon coin dont l'essentiel des connexions s'effectue encore depuis un ordinateur.

En effet depuis lundi, Facebook a lancé dans 17 pays européens une nouvelle fonctionnalité baptisée «Marketplace» déjà déployée aux États-Unis, en Australie, au Royaume-Uni et en Nouvelle-Zélande pour la vente des objets en ligne depuis octobre 2016. La plateforme a déjà permis la vente de plus de 18 millions d’objets.

Pour avoir accès à ce nouveau service, les utilisateurs devront simplement mettre à jour leur application pour leur permettre de consulter les annonces près de chez eux grâce à la géolocalisation de leur smartphone.

Pour ce faire, Facebook a voulu simplifier l’utilisation qui se fera essentiellement sur smartphone : un bouton en évidence sur la page d'accueil, une interface épurée, une annonce claire (photo, description et prix). En moins d'une minute l'annonce est mise en ligne puisque le profil Facebook va vous servir de fiche vendeur ou acheteur.

Le plus de cette application : Une plus grande sécurité. Alors que le nombre d'arnaques explose sur le site d'annonces gratuit sur le web, Facebook met en avant le lien entre l'objet vendu et le profil du vendeur. Il sera en effet possible de vérifier si le profil correspond à une réalité et semble sérieux via la messagerie instantanée Messenger qui permet le dialogue entre acheteur et vendeur. Par ailleurs, une fonction de signalement a été prévue afin d'alerter Facebook sur les offres douteuses.

Pas de paiement intégré, mais juste un moyen de mettre en contact vendeurs et acheteurs à la manière des sites de petites annonces en ligne.

La force de ce nouveau service reste l'audience exceptionnelle du réseau social américain, la firme de Mark Zuckerberg s'appuyant sur une communauté de deux milliards d'utilisateurs !

Tout pour que vous restiez sur Facebook !!

Paul Emison pour DayNewsWorld

 

THE DRM IN QUESTION

 

Thanks in part to organizations such as the Free Press Action Fund, the movement for free online expression - for proof, look at the millions of people who struggle to save Net neutrality.

But there is an important problem that many defenders of free expression are not yet aware of because they are generally hidden under the elegant interfaces of our devices and software: DRM or the management of digital restrictions.

DRM is a wide range of technologies that give the manufacturer a special digital control over the ways people use it. They exist since the 1990s having colonized personal computers, smartphones gaming consoles, cars, tractors and more.

DRM is more harmful to the freedom of interference with our use of media such as videos, books and music.

This DRM is the underlying technology that keeps you from copying Amazon Kindle e-books on Barnes and Noble Nook, downloading a movie clip on Netflix for use in a documentary or swapping a song from Spotify into a new song music.

DRM exists primarily so that Hollywood studios, large music labels and streaming services like Netflix and Spotify can use it to incite the spoiled spending only if it could make full use of the media.

Media DRM hurts cultural expression.

First, DRM introduces arbitrary barriers to cultural barriers. There is no way of knowing how many musicians are unable to reach a potential audience because DRM blocks their music, no longer no way of knowing how many books are not read or how many moviegoers are unable to deliver important messages . Foul to DRM that prevents the use of other movie clips. In the worst case, DRM can make the media completely inaccessible, as Amazon demonstrated when Remote Removed 1984 copies of George Orwell from thousands of Kindles without notice.

The second DRM path detrimental to free expression is a little more complicated. In order to prevent people from breaking DRM and accessing the media on their own terms, the music and film industries, as well as US trade officials, have managed to lobby through anti-circumvention laws " in the whole world. These laws make it illegal for anyone to discuss DRM disposal methods - or even mention the details of how DRM systems work. For many public interest technologists, this barrier to freedom of expression makes it more difficult for them to protect the public from malware and criminals. This also creates a dangerous precedent by expanding the types of expression that the government can restrict.

Whenever there is a restriction on freedom of expression, we must ask ourselves whether it is justified. For example, some would argue that limiting hate speech is justified. But limiting freedom of expression because Hollywood studios, big music labels and streaming services want to support their business models? This is something we should never accept. We must abolish the DRM, first by repealing anti-circumvention laws - such as the 1201 Millennium Digital Copyright Act - that give it special protection.

I am delighted that Sunday Free Press Action Fund is taking part in the International Day against DRM, an annual action day organized by my group, the Free Software Foundation. To protect your right to free expression, take action on Sunday at DayAgainstDRM.org. The mere fact of a publication on social networks helps to expose this problem.

Paul Emison for DayNewsWorld
There are no translations available.

RAMENER LA PART DU NUCLEAIRE DE 75% A 50% CONSTITUE UN DEFI POUR LA FRANCE

Nicolas Hulot, ministre de la Transition, confie sa «foi absolue» dans les énergies renouvelables énergétique et affirme son désir de «remettre les choses à plat» pour ramener la part du nucléaire de 75% à 50% en France. Cet objectif de réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité d'ici à 2025 était une promesse d'Emmanuel Macron engagé dans son programme à poursuivre les objectifs fixés par la loi de transition énergétique adoptée en août 2015.

L'objectif, inscrit dans la loi, de faire passer la part de l'énergie nucléaire de 75% à 50% dans le bouquet énergétique français est un véritable défi pour la France. Le ministre de la Transition écologique, lui-même Nicolas Hulot évoque «un véritable défi, qui peut sembler insurmontable».

il a également détaillé les premières étapes de cette transformation du mix énergétique français, précisant son intention de «fermer un certain nombre de réacteurs», «peut-être jusqu'à 17», sur les 58 que compte le parc nucléaire français.«J'ai bien récupéré une loi mais aussi un manque de stratégie » avoue-t-il. Fessenheim, mais aussi Dampierre en Burly, Bugey ... 17 réacteurs nucléaires, cela veut dire qu'une grande partie des 23 réacteurs arrivant à l'âge de 40 ans ne serait pas prolongée.


Centrale Nucleaire du Bugey
Centrale Nucleaire de Montelimard

Si EDF choisit de prolonger leur durée d'activité de 10, voire 20 ans impliquant le déclenchement des travaux de rénovation des cuves rapidement, ce choix s'avère rentable économiquement comme socialement.

N'oublions pas que la filière nucléaire en France emploie directement et indirectement plus de 450.000 personnes.

Le ministre en a d'ailleurs pleinement conscience. «On ne peut fermer des centrales sans prendre en compte la réalité des emplois. Nous devons modéliser les scénarios et construire ces trajectoires de transition.» a-t-il déclaré.

De plus la fermeture de 17 réacteurs les plus vieux équivaut à se priver de 15 GW de puissance : c'est la production totale des puissances éoliennes et solaires actuellement installées en France ! Pour compenser les productions éoliennes et solaires existantes devraient quadrupler...

d'ici la fin du quinquennat !!

L'arrêt d'un tiers des réacteurs nucléaires sur une courte période soulève en outre la question de la capacité de la production électrique de substitution d’assurer, à bas coût, la sécurité d’approvisionnement et donc l’adéquation de l’offre à la demande.

Les centrales nucléaires, elles, amorties, produisent une électricité bon marché et sans discontinuer.

De plus le démantèlement d'une centrale s'avère coûteux et aucune solution fiable n'est pour l'heure au point pour les déchets radioactifs.

Et ne nous méprenons pas :

le remplacement du nucléaire par du renouvelable ne peut être revendiqué au nom d’une quelconque politique  « en faveur du climat »

« puisque la génération d’électricité d’origine nucléaire n’émet pas plus de gaz à effet de serre (GES), sur un cycle complet de vie, que l’éolien terrestre ou le photovoltaïque et moins que l’éolien en mer. » selon un spécialiste.

Centrale Nucleaire du Tricastin

Centrale Nucleaire de FlamandVille.

 

Nicolas Hulot confirme qu'un nouvel événement est venu perturber la politique du ministre souhaitant engager la France sur le chemin d’une économie sans carbone.

Il va devoir se plier à une réalité budgétaire étriquée. La conférence sur le climat annoncée par Emmanuel Macron pour le 12 décembre prochain aura pour thèmes principaux la question des financements et l'aide aux pays victimes du changement climatique.

L'urgence est selon lui de «mettre en place des mécanismes efficaces et pallier la perte des aides financières qui ne viendront plus des États-Unis», retirés de l'accord contre le réchauffement de la Terre passé entre 195 pays en décembre 2015 à Paris.


Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LE GOOGLE HOME

BIENTOT DISPONIBLE EN FRANCE !

Google lance son assistant personnel en France, et devance ainsi Amazon et Apple sur ce marché.

Google grille la politesse à Amazon et Apple. Le géant américain de l'internet a annoncé ce jeudi que le "Google Home" serait disponible en France à partir du 3 août 2017. C'est une première dans l'Hexagone.

Les assistants personnels, à la mode aux Etats-Unis et au Royaume-Uni depuis plusieurs années, étaient

jusqu'à présent absents du marché français.. Aucune date de sortie n'est encore connue en France pour le Echo d'Amazon , ni le HomePod d'Apple.

L'"enceinte intelligente à commande vocale", comme elle est présentée par Google, a été pensée pour être une "aide au quotidien". "Le supermarché est ouvert jusqu'à 21h", "votre vol pour Nice est à l'heure", dit par exemple la petite enceinte dans la vidéo de présentation.

Une fonction domotique

De la forme cylindrique de quinze centimètres de haut, Home est en fait un haut-parleur dans lequel a été intégrée une version améliorée de l'assistance vocale de Google et capable de contrôler d'autres objets connectés de la maison.

Que permet-il ?

Il permet d'effectuer des recherches sur internet, d'écouter de la musique en ligne ou encore de contrôler d'autres objets connectés, comme certains thermostats ou interrupteurs, indique le groupe dans son communiqué, en précisant que ces appareils connectés doivent faire partie de la liste des "partenaires compatibles .Google pour l'heure n'évoque pas la fonction de commerce en ligne (commande chez des commerçants partenaires et livraison) ajoutée en février sur le marché américain pour rivaliser avec l'offre concurrent Echo d'Amazon.

Prix de vente maximum de 149 euros

A retrouver en France aux quatre couleurs "à un prix de vente maximum conseillé de 149 euros", d'abord sur la plateforme d'achat en ligne Google Store, puis en magasin, à une date non précisée.




Paul Emison pour DayNewsWorld
There are no translations available.

PRESENTATION NON EXHAUSTIVE DE

L'INCUBATEUR GEANT STATION F

Présentation non exhaustive de cette "pouponnière" géante d'entreprises

Station F, inaugurée ce jeudi par le président Macron, se présente comme une gigantesque pépinière de start-up. Elle héberge un millier de jeunes pousses pour faire rayonner la high tech française et attirer à Paris les talents étrangers, face à Londres ou Berlin.

Ses premiers entrepreneurs prendront leur quartier le 1er juillet 2017 à Paris dans la Halle Freyssinet. Ce bâtiment classé des années 1920 est  proche de la gare d'Austerlitz, et a subi une entière rénovation.

Elle a pour vocation de fédérer un écosystème d'entreprises du numérique, ouvert sur l'étranger. L'équipe dirigeant l'incubateur a un ambitieux projet son projet nouant des accords avec des géants de la technologie tels que l'américain Microsoft ou le coréen Naver. Ce qui est une marque de reconnaissance.

"L'ambition à Station F, c'est vraiment de rendre l'entrepreneuriat plus accessible et de mettre tout un écosystème sur place, pour que les start-up ne passent pas leur temps à aller chercher des ressources à droite et à gauche" selon Roxane Varza recrutée par Xavier Niel pour diriger l'incubateur.

1 °La surfacedu bâtiment est de 34.000 en mètres carrés mis à la disposition de la pépinière d'entreprises. La nef de béton - de 310 mètres en longueur et 58 mètres -de largeur contient trois espaces distincts.

*"Create" le lieu de travail où les jeunes pousses vivront leur vie de start-up.

*La partie "Share", espace de rencontres avec un auditorium de 370 places etun "fab lab" (un atelier doté d'imprimantes 3D en self-service), un bureau de poste et une boutique présentant des créations des pensionnaires.

*Et pour finir "Chill",une partie ouverte au public avec - à la fin de 2017 avec son espace de restauration fonctionnant 24 heures sur 24.

Un millier de start-up sont attendues à Station F dont 200 seront hébergées directement en solo dans le bâtiment, après une sélection ardue dans le cadre du Founders Program, dirigé par l'équipe fondatrice de l'incubateur. Cette équipe fédère 100 entrepreneurs de 21 pays distincts. Les autres start-up seront fédérées via des partenaires issus de la technologie qui animant des thématiques spécifiques comme Microsoft pour l'intelligence artificielle.

La capacité de logements est au nombre de 600 personnes dans un futur proche, pour l'équipe de Station F destinés aux entrepreneurs, notamment les étrangers. Ce co-living space devrait à terme accueillir ces 600 personnes, dans 100 appartements partagés à une dizaine de minutes à pied de Station F

4° 250 millions d'euros de l'investissement total ont été engloutis pour la transformation de la Halle Freyssinet en incubateur de start-up.Le fondateur de Free est connu pour son mécénat à l'école 42, à Paris : Xavier Niel a acheté le bâtiment en 2013pourle financement de sa rénovation sur sa cassette personnelle. "C'est un usage peut-être moins idiot de mon argent que de le donner à mes enfants qui en feront des bêtises, probablement!"déclare-t-il sans ambages.

L'hébergement à Station F sera de 195 euros mensuel par poste de travail incluant un accès à toutes les prestations du site (60 salles de réunion, événements, coaching d'entrepreneurs, wi-fi illimité,...) à l'entrepreneur sélectionné. Ce qui est peu.

23 programmes "d'accélération" de start-upsont d'ores et déjà prévus.

Aux côtés du Founders Program de l'équipe de Roxanne Varza,coexistent le programme d'incubation des partenaires comme Vente-privee, le Start-up Garage de Facebook pour les données, celui de Microsoft pour l'intelligence artificielle, ou le sud-coréen Naver pour le multimédia.

Des écoles de commerce, comme HEC, ou l'incubateur Impulse, dédié aux technologies de rupture dans l'immobilier, ont aussi choisi d'être présents.

L'estimation des coûts annuels de fonctionnement de Station F est évaluée à 7-8. en millions d'euros. "Notre truc à nous, c'est d'aider l'écosystème, aider des jeunes à créer des start-up", résume Xavier Niel .

Elle a pour vocation de fédérer un écosystème d'entreprises du numérique, ouvert sur l'étranger. L'équipe dirigeant l'incubateur a un ambitieux projet son projet nouant des accords avec des géants de la technologie tels que l'américain Microsoft ou le coréen Naver. Ce qui est une marque de reconnaissance.

"L'ambition à Station F, c'est vraiment de rendre l'entrepreneuriat plus accessible et de mettre tout un écosystème sur place, pour que les start-up ne passent pas leur temps à aller chercher des ressources à droite et à gauche" selon Roxane Varza recrutée par Xavier Niel pour diriger l'incubateur.

La France ne peut que Se féliciter d'un telle pouponnière de start-up !! et d'un tel mécène !!!




Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

UN NOUVEAU SCANDALE CHEZ UBER: UN PROGRAMME SECRET PERMET DE RENDRE LES CHAUFFEURS INVISIBLES

Un programme secret chargé de rendre les chauffeurs Uber invisibles pour la police…

Dernière affaire en date . Greyball est un service qui permet à l’entreprise de passer de contourner de la régulation là où son service de taxis à moindre coût est interdit ou contrôlé.

Ce seraient d’anciens employés Uber qui aurait vendu la mèche. Ils ont expliqué au New York Times son fonctionnement.

Dans les villes où le service est contrôlé, les représentants des forces de l’ordre n’ont pas accès à la véritable application mais à une « fausse » application, identique en tous points.

Selon un communiqué du service de réservation de voitures avec chauffeur, cet outil était utilisé dans les villes où il n'était pas interdit.

Son principal objectif principal était la protection des chauffeurs contre des concurrents malintentionnés utilisant leur téléphone intelligent pour les gêner, plutôt que pour réserver des courses réelles.

Uber a souligné que le logiciel était surtout utilisé dans des endroits où les chauffeurs craignaient pour leur sécurité, mais seulement «rarement» pour éviter d'avoir affaire aux forces de l'ordre.

Uber a souligné que le logiciel était surtout utilisé dans des endroits où les chauffeurs craignaient pour leur sécurité, mais seulement «rarement» pour éviter d'avoir affaire aux forces de l'ordre.

L’entreprise a réagi à la polémique Greyball dans un communiqué laconique :«Ce programme empêche les demandes d'utilisateurs frauduleux qui violent les termes de service, que ce soit des gens qui veulent s'en prendre physiquement aux chauffeurs, des concurrents voulant perturber nos opérations, ou des opposants qui s'allient avec les autorités pour des opérations secrètes visant à piéger nos conducteurs», a indiqué un porte-parole d'Uber dans un courriel à l'AFP.

Des voitures fantômes :

La raison est simple, Uber a repéré les forces de l’ordre via leur carte de crédit ou géolocalisation. Pour éviter les arrestations de ses chauffeurs, l’entreprise a érigé des barrières numériques entre les autorités et le service. Les voitures montrées sur l’application n’existaient pas, et les rares courses que les policiers étaient capables de commander étaient annulées illico.

Avec cette affaire, Uber semble contourner habilement la loi, comme elle le fait depuis son arrivée sur le marché des taxis. « C’est très borderline. Uber s’affranchit de tous les codes, depuis le début », explique Grégoire Leclercq, cofondateur de l’Observatoire de l’uberisation.

Avec 69 milliards d’euros de valeur boursière, Uber est un poids lourd de l’économie mondiale. Dans 80 pays, un million de chauffeurs vous conduisent à un prix inférieur à la course d’un taxi. Mais si l’entreprise a une santé de fer en bourse, sa réputation est sérieusement entachée par des scandales à répétition.

C’est la dernière affaire en date qui embarrasse l’entreprise.

Dans les villes où le service est contrôlé, les représentants des forces de l’ordre n’ont pas accès la véritable application mais à une « fausse » application, identique en tous points.

Une différence de taille

Depuis quelques mois, la réputation de l’entreprise a été très ternie. Cette semaine, le patron-fondateur de Uber, Travis Kalanick a été enregistré dans une vidéo où il crie sur un chauffeur Uber. Depuis, il s’est excusé en avouant qu’il devait « changer fondamentalement en tant que dirigeant et devenir adulte » dans un message aux employés de Uber envoyé mardi soir.

La start-up a aussi été pointée du doigt il y a quelques jours après des accusations d’une ancienne salariée disant avoir été victime de harcèlement sexuel et dénonçant le sexisme au sein de l’entreprise. Le PDG avait annoncé l’ouverture d’une « enquête urgente » à ce sujet.

Autre erreur de com' récente pour le patron de Uber : rejoindre le conseil de Donald Trump. « A la suite de ça, plusieurs centaines de milliers d’utilisateurs ont désinstallé l’application aux Etats-Unis », rappelle Grégoire Leclercq. Depuis, Travis Kalanick a renoncé à ses fonctions politiques. Mais il relativise : « Cela se passe aux Etats-Unis, mais il faut rappeler l’énorme influence de Uber partout dans le monde. » Uber a déjà gagné une partie de son pari. Elle est très, très loin devant tout le monde. C’est un peu le too big to fail », confirme Denis Jacquet, entrepreneur et auteur du livre Uberisation : Un ennemi qui vous veut du bien ?. En français, « trop gros pour échouer ». L’entreprise n’est toujours pas rentable mais a atteint une masse critique d’utilisateurs qui l’empêche de couler.

Selon un communiqué du service de réservation de voitures avec chauffeur, cet outil était utilisé dans les villes où il n'était pas interdit, et son objectif principal était de protéger les chauffeurs contre des concurrents malintentionnés utilisant leur téléphone intelligent pour les gêner, plutôt que pour réserver des courses réelles.

Cette annonce intervient alors que Uber peine à contrôler les dégâts après des révélations sur la culture sexiste, violente et débauchée qui régnerait au sein de l'entreprise.

Et le patron fondateur du service, Travis Kalanick, a lui aussi été impliqué dans des polémiques.

Il s'est excusé en début de semaine après avoir eu une altercation avec un chauffeur Uber, allant même jusqu'à avouer qu'il devait «devenir adulte» et qu'il avait besoin d'aide pour son entreprise .Kalanick avait aussi été critiqué pour avoir accepté de faire partie du forum stratégique de dirigeants d'entreprises chargé de conseiller le président américain Donald Trump. Devant l'avalanche de protestations et les menaces de boycottage d'Uber que cela avait entraîné, M. Kalanick a quitté ce forum début février.L'entreprise a jusqu'ici largement couvert ses besoins financiers avec des investisseurs privés.

Aux Etats-Unis pourtant, c’est son concurrent Lyft qui profite de ce désamour. Pour l’instant Petit Poucet face à l’ogre Uber, l’entreprise cultive sa bonne conduite et espère attirer ainsi les déçus de Uber.

Paul Emison pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

NINTENDO LA SWITCH

UNE MERVEILLE UN RENOUVEAU ETONNANT.

Japon: les acheteurs sont au rendez-vous pour la Nintendo Switch Nintendo mis en vente vendredi au Japon.Cette nouvelle console, la Switch, espére avec ce nouveau concept semi-fixe semi-portable séduire les joueurs qui avaient boudé sa précédente machine de salon, Wii U

Et les premiers clients étaient au rendez-vous.

Dès l'ouverture des magasins d'électronique de Tokyo nombreux étaient les impatients se sont rués pour être en possession de leur exemplaire. Ils accompagnaient souvent cet achat assez onéreux (32 000 yens, soit environ 375 dollars) d'un ou plusieurs jeux et d'accessoires optionnels (film pour protéger l'écran, pochette de transport), un investissement de quelques 495 dollars.

Les ventes ont été tellement nombreuses qu'il ne reste plus qu'à attendre la prochaine livraison dont, la date reste inconnue selon un vendeur de l'enseigne Yodobashi Camera, à Kawasaki.Alors à vos marque !

Si seulement huit titres sont prêts à être commercialiser mais, selon le patron de Nintendo, « plus de 100 émanant de 70 studios de développement le seront en rayons dans les prochains mois ou semaines ».

Par ailleurs la saga incontournable The Legend of Zelda est d'ores et déjà disponible, suscitant l'engouement des joueurs.

Avec cette console, Nintendo mise sur une nouvelle forme de divertissement où l'écran de la console peut être utilisé comme un modèle portable à l'extérieur et servir de console fixe à l'intérieur, relié à une télévision.Un beau pari.

« Possibilités de divertissement inédit »

N'y a-t-il par un risque de cannibalisation de sa gamme de consoles portables 3DS/2DS par la Switch?

Le patron de Nintendo s'est dit « convaincu qu'il s'agit là de marchés différents ayant chacun leur raison d'être »

« Les possibilités de divertissement inédit données par les nouvelles manettes dotées de capteurs divers, dont un infrarouge, font l'intérêt essentiel de cette console », soulignait récemment auprès de l'AFP Hirokazu Hamamura, expert en jeu vidéo de la maison d'édition Kadokawa.

Fidèle à sa tradition, « du jeu d'abord », Nintendo n'a pas emprunté la même voie que Sony .

Ce dernier a préféré choisi le couplage du multimédia numérique en plus du divertissement pur, une façon aussi pour le géant de l'électronique d'en faire profiter tous ses métiers (jeu vidéo, musique, cinéma, TV) et de faire venir à lui des partenaires de premier plan comme Spotify pour son service de musique en flux (streaming). Et la stratégie Sony a payé : plus de 53,4 millions de PlayStation 4 ont été vendus en un peu plus de trois ans. Une belle performance pour Sony !

En fait les joueurs ont tendance à ne pas mettre en opposition Sony et Nintendo mais à considérer que les deux sont complémentaires si bien que l'achat d'une PS4 ne signifie pas nécessairement un client de moins pour la Switch.

Cette nouvelle console se doit d'être un succès pour Nintendo qui souffre ces dernières années de la concurrence croissante des jeux sur téléphones intelligents.

Vendredi, les donneurs d'ordres voyaient d'un bon oeil l'accueil initial de la Switch: l'action prenait 4 % en début d'après-midi à la Bourse de Tokyo.

Paul Emison  pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

EPOUSTOUFLANTE INVENTION

DES ENGINS VOLANT AU DESSUS DE L'EAU

LE SEA BUBBLE

Le windsurfer Anders Bringdal et le navigateur Alain Thébault, à l’origine du projet, ambitionnent de réduire la pollution dans les villes grâce à leur invention.

Quoi de plus attirant qu' une nouvelle manière de se déplacer en ville grâce à des engins volants au-dessus de l’eau ?

Sea Bubble est un engin volant au-dessus de l’eau . Il fonctionne à l’électricité. Anders Bringdal, co-fondateur de la start-up française (au côté d’Alain Thébault), l’assure : “Sea Bubble sera 100 % écolo, silencieux et ne formera pas de vague sur son passage” .

Un prototype de ces taxis d’un nouveau genre a été testé sur la Seine .

Époustouflant !

L’engin de cinq places (dont une réservée au pilote) est propulsé par deux petits moteurs électriques qui font s’élever la bulle hors de l’eau ; Cette technique limite les frottements et la perte d’énergie. Les Sea Bubbles accosteront sur des pontons équipés de batteries se rechargeant grâce au courant du fleuve.

Ainsi, dès son arrivée un Sea Bubble se mettra automatiquement en charge, à la manière d’une Autolib’ sur sa borne Pontons et pilotes sont intégrés au projet.

La start-up française prévoit également pour plus tard l'autonomie des “Bubbles”. Mais dans quelques années encore. Donc mesdames vous pourraient encore longtemps admirer votre pilote aux commandes !

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

FACEBOOK RENFORCE SA LUTTE CONTRE

LA DIFFUSION DE FAUSSES INFORMATIONS.

« En temps normal, nous garderions pour nous les détails de nos projets en cours de développement, mais vu l’importance de cette question et l’intérêt qu’elle suscite, je veux exposer les grandes lignes de nos travaux actuels », expliquait ainsi Mark Zuckerberg, le CEO de Facebook, sur sa propre page.

Après avoir nié le problème des informations mensongères, Mark Zuckerberg s’y attaque enfin. Shutterstock

Peu enclin concéder que la plateforme a pu jouer un rôle, même minime, dans l’élection américaine, Facebook change de discours depuis quelques semaines maintenant.C'est que la polémique est devenue importante et planétaire et pousse donc le réseau social à donner des gages sérieux.

Quels sont les organes de presse partenaires et signataires du code de principe international des vérificateurs des faits ?, nous retrouvons ABC News, l’agence AP, Snopes, The Washington Post Fack Checker et d’autres médias internationaux comme Africa Check (Afrique du Sud, Sénégal et Kenya), Chequeado (Argentine), El Objectivo La Sexta (Espagne) ou encore Observador (Portugal), mais aucun titre de presse français pour l’instant n'y figure.

Facebook fait partie, au même titre que l'AFP, de l'organisation First Draft, créée en septembre 2015, qui vise à améliorer la qualité de l'information diffusée sur internet et ambitionne notamment de créer une plateforme collaborative de vérification.

Signalement facilité et fact checking.

Facebook a ENFIN dévoilé des mesures pour s’attaquer à la propagation de fausses informations sur le réseau social aux 1,6 milliard de membres, notamment en s’attaquant, avec Google, aux portefeuilles des sites de fake news ;

Facebook détaille ces nouveaux outils tout en se refusant d’être un « arbitre de la vérité ».

Ne voulant pas devenir elle-même « arbitre de la vérité », la firme place ses membres au cœur du dispositif.

C'est ainsi que Facebook va simplifier le signalement des fausses actualités : il suffira pour cela de cliquer sur le coin supérieur droit d’un article litigieux et cocher : « C’est une fausse actualité ».

La société a aussi annoncé de nouvelles mesures pour mieux détecter les contenus trompeurs, qui comprennent également le spam et le « clickbait ». Elle rajoute qui plus est un critère assez subtil : Facebook va analyser le taux de partage d’un article après sa lecture pour détecter d’éventuels spams ou clickbait. Si l’article est moins partagé après sa lecture, cela signifie peut-être que son contenu n’était pas pertinent et induit les lecteurs en erreur.

Elle fera également plus attention à la similarité des noms de domaine - au moment de l'élection américaine, les pages s'inspirant d'un nom de média reconnu se sont multipliées, comme le « Denver Guardian », au lieu du « Denver Post », ou le « Baltimore Gazette » au lieu du « Baltimore City Paper ».

Ensuite, des organismes de presse spécialisés dans le fact checking. étudieront ces signalements . Ceux-ci pourront confirmer la véracité d’une information ou rédiger un article rétablissant l’exactitude des faits.

« De nombreuses autres organisations vont nous rejoindre au fur et à mesure », assure John Hegeman, vice-président en charge du fil d’actualité (news feed).

 

Car des informations fausses et fantasques portant atteintes gravement à des personnalité circulent en toute impunité !

Dans le cadre de l’élection US aurait pu être expliquer que le pape n’avait nullement apporté son soutien au candidat républicain ou qu 'il etait archi faux que Hillary Clinton trempait dans un réseau pédophile utilisant une pizzeria comme couverture, comme le site Snope (en lien) a pu le faire pendant plusieurs semaines ! Le débat avait pris en effet un tour dramatique début décembre lorsqu'un homme a fait feu dans une pizzeria de Washington qu'il soupçonnait, sur la base de fausses informations, d'abriter un réseau pédophile impliquant notamment Hillary Clinton...

Si ces organes de presse identifient une fausse actualité, elle sera accompagnée d’un avertissement signalant que son contenu est « contesté » et d’un lien renvoyant vers le site du fact checker expliquant pourquoi.

 

Par ailleurs, les contenus signalés devraient apparaître plus bas dans le fil d’actualité et ne pourront pas intégrer de publicité ou être promu de quelque manière que ce soit.

 

En cas de signalement, Facebook s'appuiera également sur "d'autres signaux", dont il ne précise pas la nature, pour soumettre, le cas échéant, l'article ou le message à des sites reconnus pour leur travail de vérification de l'information.

 

Il choisira dans la liste établie par l'institut indépendant Poynter un ou plusieurs des 43 sites répertoriés, dont aucun Français.

 

Si la vérification révèle que l'article contient des informations erronées, il sera alors assorti d'un triangle contenant un point d'exclamation, souvent utilisé en signalisation routière pour indiquer un danger, et de la mention "contesté par des vérificateurs indépendants".Adam Mosseri précise qu'il sera toujours possible de partager ces articles, mais la mention apparaîtra à chaque fois.

 

"Cette mise à jour n'est qu'une étape et il y en aura d'autres", a commenté le PDG de Facebook Mark Zuckerberg dans un message sur sa page.

 

L'ensemble de ces mesures reste cependant modeste face à l'ampleur du problème. Le site n'a pas décidé pour le moment de passer des partenariats avec des médias reconnus, ou d'embaucher des éditeurs pour faire une sélection de contenus, comme son concurrent Snapchat. "Nous devons combattre la propagation des fausses nouvelles tout en continuant à donner aux utilisateurs une voix pour s'exprimer. Nous nous attaquons au pire du pire du contenu, pas aux opinions ou à tout ce qui relève d'une zone grise", explique John Hegeman.

 

Mais l'on peut déplorer à juste titre que les fausses informations ne seront pas supprimées, et simplement marquées comme telles, avec tous les risques de remise en cause des médias pratiquant ces vérifications, que cela pourrait entraîner...

Gageons que les moyens de mise en œuvre s'intensifieront avec une réflexion plus approfondie !

Paul Emison  pour DayNewsWorld.

There are no translations available.

Quel terrain d'entente possible pour Donald Trump et les dirigeants de la Silicon valley ?

"Il n’y a personne comme vous dans le monde."Trump s'adressant aux dirigeant du web!

Voilà ce qu'a lancé Donald Trump aux dirigeants de onze entreprises du numérique qu'il a réunis à la Trump Tower. Une véritable mise en scène de la réconciliation : fin polie des hostilités. Et de radicalement changer de ton alors que durantla campagne, Donald Trump avait multiplié les attaques contre les entreprises du web, comme Apple et Amazon ayant même proposé de "fermer des bouts d'internet" !

D'où la réaction justifiée de 145 acteurs du secteur qui avaient estimé que l'élection de Donald Trump serait un désastre pour «la tech et l'innovation».Ils s'étaient donc tournés massivementvers Hillary Clinton pour qui les dirigeants de la Silicon Valley comptaient .

Seul le milliardaire Peter Thiel, fondateur de Pay Pal avait pris parti pour Trump. Et même donné plus d'un million de dollar pour sa campagne. C'est d'ailleurs lui qui a organisé la rencontre avec ceux qui sont désormais bien obligés de voir comment travailler avec Trump.

Et pourtant le casting est intéressant. Absence remarquée, celle du PDG de Twitter, pourtant puissant outil de campagne de Donald Trump. Twitter paierait son refus, en octobre dernier, de créer un emoji Hillary escroc !
Par contre étaient là les représentants d'Alphabet, Microsoft, IBM, Apple, Amazon etc

La nouvelle de taille, c'est sûrement la double "prise" de l'équipe Trump : Elon Musk, patron de l'entreprise de voitures électriques Tesla et de la société aérospatiale SpaceX. Et le patron d'Uber, Travis Kalanick. rejoignent tout deux le forum stratégique de Donald Trump. Un comité chargé de l'éclairer et lui donner des conseils économiques durant son mandat .

Les points qui inquiètent les acteur du web sont nombreux. La politique d'immigration que mènera Trump menacerait les emplois de la Silicon Valley qui emploie de la main-d'oeuvre étrangère et s'inquiète d'une baisse du nombre de visas accordés.

Ces entreprises réclament également le maintien d'un "chiffrement fort" des communications. - c'est-à-dire le fait qu'elle ne soit lisibles que par l'émetteur et le destinataire. Car après la surveillance de masse révélée par Snowden, beaucoup l'ont renforcé pour protéger les échanges de leurs clients. Ce que dénoncent certains acteurs publics dans un contexte de menace terroriste .Trump avait d'ailleurs appelé au boycott d'Apple pour cette raison.

Autre point, la neutralité du net ou l'égalité de traitement de tous les acteurs du web ce qui constituait grande avancée sous l'administration Obama.

La liste serait encore longue.
Sauf s'il fallait y voir aussi une certaine ironie à tout cela, SURTOUT au moment où certaines entreprises du net, Twitter et Facebook en tête, sont accusées d'avoir participé à l'élection de Trump, en facilitant par exemple la diffusion de fausses informations...

Joanne Courbet pour DayNewsWorld.

There are no translations available.

IMPORTATRICE, LA FRANCE L'EST DEVENUE VIS-A-VIS DE L'ANGLETERRE POUR SON ENERGIE !

Pas de quoi pavoiser pour la France.

La France, traditionnellement fortement exportatrice d'électricité grâce à son parc nucléaire, a acheté beaucoup plus de courant à ses voisins européens le mois dernier. Les importations ont ainsi augmenté de 40% !

 

La France est devenue importatrice vis-à-vis de la Grande-Bretagne. Le marché européen de l'électricité s'est tendu, avec des prix de marché qui "remontent partout en Europe, de façon plus soutenue en Belgique, en France et en Grande Bretagne".

Le gaz et le charbon à la rescousse.

La baisse de la production nucléaire de 16% sur un an a été compensée par un recours plus important aux centrales de gaz et de charbon ! Cette filière atteint "son plus haut niveau depuis février 2015" et est en hausse de 37% par rapport à octobre 2015. L'éolien et le solaire ont également contribué à la production électrique, avec une petite progression.

 

 

 

 

Attention à la volatilité des prix !

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

There are no translations available.

ELECTRICITE NUCLEAIRE, PRIX PLUS VOLATILS ET APPROVISIONNEMENT COMPROMIS.

Électricité: l'état du parc nucléaire rend les prix plus volatils.

Le parc nucléaire d'EDF connaît de sérieux problèmes avec une vingtaine de réacteurs à l'arrêt. Aussi les prix du marché de gros s'envolent-il à plus de 100 euros le mégawattheure (MWh) dans certaines transactions.

Le nucléaire français .connaît des déboires en ce moment puisque après le report du

redémarrage de cinq de ses réacteurs nucléaires(Bugey , Gravelines , Tricastin ). à la fin de l'année, c'est maintenant au tour d' une vingtaine de tranches qui sont à l'arrêt pour opérations de maintenance ou pour des contrôles dus à une trop forte concentration en carbone.

Avec 19 réacteurs nucléaires actuellement à l’arrêt, EDF est certes privé de 30 % de sa capacité de production d’électricité soit de 19 250 mégawatts (MW) sur un total de 63 200 MW.

D' où l'annonce d'EDF d' une nouvelle baisse de son objectif de production nucléaire et de sa prévision d’excédent brut d’exploitation (Ebitda) pour 2016. Une trop forte concentration de carbone avait été observée sur 47 GV forgés au Japon ou à l’usine Creusot Forge d’Areva, le même problème repéré début 2015 sur le couvercle et la cuve de l’EPR en construction à Flamanville.

De quoi s'alarmer? Pour EDF rien de très anormal.

.«Les moyens de production, nucléaires et autres, vieillissent et ont besoin de maintenances plus régulières.»selon Nicolas Goldberg, manager énergie chez Colombus Consulting.

Sur ce marché européen cependant, baptisé Epex Spot, le prix du mégawattheure (MWh) s'est envolé à plusieurs reprises dépassant la barre des 100 euros. Au cours de l'hiver, la situation pourrait rentrer dans l'ordre puisqu 'EDF prévoit plusieurs redémarrages à cet horizon .De plus sont en cause également, à côté du nucléaire, des centrales thermiques arrêtées.

EDF veut avant tout s 'assurer de la sûreté de ses installations. Un dossier technique soumis début octobre à l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a préconisé le report à fin décembre 2016 des réacteurs concernés par la problématique de ségrégation carbone dans les fonds de générateurs de vapeur..

Mais plutôt rassurant de savoir que la ASN veille à ce parc vieillissant?

Pas de quoi pavoiser cependant...

Paul Emison pour DayNewsWorld.

There are no translations available.

COMMENT ET QUAND REPONDRE A UN SMS?

Lorsque l'on reçoit un sms de la personne qui nous plaît, il y a deux écoles : répondre immédiatement, ou laisser l'autre mariner. Mais combien de temps faut-il vraiment attendre avant de taper sa réponse ? La science s'est penchée sur la question.

 

Comme si on n'avait pas déjà assez de mal à décrypter les sms des hommes, lorsque l'on en reçoit un, on se pose toujours la question : dans combien de temps dois-je lui répondre ?

Pour séduire, il ne faut pas répondre trop vite

 

Afin de nous donner un coup de main, des scientifiques se sont penchés sur la question du délai idéal pour répondre à un sms. Et d'après leur conclusion, il ne faut surtout pas répondre immédiatement. Pourquoi ? Selon les études menées, une réponse trop rapide provoquerait le même effet qu'une récompense sur la personne à qui l'on écrit. Votre interlocuteur vous considérera alors comme "acquise", et perdra en partie son intérêt.

 

 



Inutile donc de vous jeter sur votre téléphone à la moindre notification. En particulier si vous vaquez à d'autres occupations

Une heure, le délai idéal pur répondre à un sms

Pourtant, on le sait, il est parfois difficile de ne pas répondre du tac au tac à la personne avec qui l'on a envie de construire quelque chose. Cependant, attendre trop longtemps n'est pas forcément une bonne idée non plus : l'autre pourrait se vexer.

L'idéal serait donc d'attendre entre quelques minutes (histoire de lui prouver que tu n'étais pas greffée à  ton smartphone dans l'attente d'un sms), et une heure, pour ne pas lui laisser croire que tu l'avais oublié.

 

Enfin, ça, c'est en théorie : parfois, il suffit de suivre son feeling pour séduire un homme. Alors, si tu avez envie de lui répondre dans la foulée...