LA SONDE INSIGHT A ATTERRI SUR MARS

Après plus de six mois de voyage dans l’espace et 484.773.006 kilomètres parcourus entre la Terre et Mars, la sonde InSight de la Nasa a bien atterri sur la Planète rouge le 26 novembre 2018.

Lancée par la NASA le 5 mai 2018 dans le cadre du programme Discovery la sonde va étudier la structure interne de la planète rouge, et notamment évaluer son activité sismique.

A peine posé le robot InSight a commencé à envoyer des signes de présence à la Terre , sonde a de sublimes photos de son environnement .

Plus précisément, InSight aura pour but d’étudier la structure interne de Mars. Comme les trois autres planètes telluriques — dont la Terre — la planète rouge s’est formée par l’accrétion progressive de corps rocheux, jusqu’à ce que sa masse et sa température deviennent suffisantes pour que le processus de différentiation planétaire prenne place.

Comme Mars ne possède pas de plaques tectoniques, sa structure interne n’a pas subi de grande modification depuis la formation de la planète et doit avoir conservé des signatures géophysiques de ce processus de différentiation.

En analysant les différentes parties de sa structure — croûte, manteau et noyau — InSight devrait ainsi pouvoir collecter des informations importantes sur la manière dont les planètes se sont formées il y a 4 milliards d’années.

Les opérations scientifiques ne vont pas débuter tout de suite.

Le sismomètre Seis et le capteur de flux thermique HP3 devront être installés au sol à l’aide d’un bras robotique. La manœuvre n’est pas prévue avant deux à trois mois.

Deux instruments européens à bord d'InSight vont permettre d' analyser la structure interne de Mars

1° Le sismomètre SEIS (Expérience Sismique pour la Structure Intérieure), développé par l’Institut de physique du globe de Paris sous l’autorité du CNES, qui est un sismomètre à trois axes d’environ 30 kg, comprenant des capteurs sismiques et de température. Il permettra d’étudier l’activité tectonique martienne et d’effectuer des relevés sismiques.

2° Le capteur de flux de chaleur HP3 (Heat Flow and Physical Properties Package) développé par l’agence spatiale allemande. Il s’agit d’une sonde thermique qui s’enfoncera jusqu’à 5 mètres de profondeur sous la surface martienne. Son rôle est de mesurer le flux de chaleur dégagé par le noyau martien, afin de mieux comprendre son évolution.

Ces outils seront mis en place en soixantaine jours tandis que 7 semaines supplémentaires seront nécessaires pour que la sonde thermique s’enfonce dans le sol martien.

Bonne chance à InSight qui a déployé ses deux panneaux solaires de 2,2 m de large et va percer les profondeurs martiennes, à l'écoute des battements du cœur de Mars..

Kelly Donaldson pour DayNewsWorld