OBSOLESCENCE PROGRAMMEE

D'APPLE ET SAMSUNG

Samsung et Apple se voient assiégés par les plaintes

Apple traverse toujours une zone de turbulence. Difficile pour lui de de préserver son image de marque. Celle-ci sort écornée de l'affaire des batteries d'iPhone ;

En effet depuis la pression médiatique et l'aveu d'Apple de ralentir exprès les processeurs de ses iPhone, les actions de groupe aux États-Unis se multiplient à l'encontre du fabricant. À ce jour, 39 actions de groupe différentes ont élé lancées aux États-Unis. Et le 19 janvier 2018, les autorités coréenne ont emboîtées le pas en lançant leur propre enquête sur les pratiques d'Apple.

Pour Apple, ce sont les mises à jour d'iOS ayant pour conséquence de dégrader la puissance des processeurs de certains modèles d'iPhone qui sont dénoncées.

Le 17 janvier 2018, dans un entretien à ABC News, Tim Cook, le PDG d'Apple, a annoncé que dès la prochaine version d'iOS, les utilisateurs auront deux choix

1° soit le choix de ralentir leur iPhone pour prolonger la durée de vie de la batterie,

2° soit de garder ses performances normales, au risque de limiter la durée de vie de la batterie.

Depuis l'éclatement de la polémique, les clients ayant acheté un iPhone ont droit à un remplacement de la batterie à un prix réduit, fixé à 29 euros en France.

Le constructeur a fini par avouer du bout des lèvres ...semble-t-il.

Le constructeur use-t-il de ce composant comme prétexte pour encourager ses clients à renouveler plus souvent leurs smartphones Même si Tim Cook a officiellement pris la parole pour démentir toute manœuvre. La justice cherche cependant à faire la lumière.

Une politique commerciale délibérée

Mais Apple n'est pas le seul fabricant de smartphones dans le collimateur. Il est en Italie accompagné de son grand rival, le premier constructeur mondial, Samsung. L'Autorità garante della concorrenza e del mercato, l’AGCM, cherche à savoir si les deux multinationales orchestrent des stratégies d'obsolescence, en violation de plusieurs articles du code du commerce .

Le but précis de l'AGCM est de déterminer si les deux plus grands constructeurs mondiaux de smartphones brident intentionnellement leurs anciens smartphones via des mises à jour logicielles pour pousser les consommateurs à acheter les nouveaux modèles. La définition la plus stricte de l'obsolescence programmée, en somme

Ou plus précisémentsi elles ont "mis en place une politique commerciale générale visant à exploiter les carences de certains composants pour réduire dans le temps les prestations de leurs produits afin d’inciter les consommateurs à acheter de nouvelles versions."

L'enquête fait suite aux plaintes de consommateurs qui à la firme de Cupertino d'avoir diffusé ces évolutions logicielles auprès de ses clients "sans signaler les conséquences possibles de ces mises à jour ni fournir suffisamment d’informations sur la manière

Il en est de même en France, où le parquet financier a ouvert le 5 janvier une enquête préliminaire pour « obsolescence programmée » et « tromperie » contre Apple.

De Samsung est également poursuivi en France par deux ONG qui ont déposé plainte pour pratiques commerciales trompeuses en accusant le géant sud-coréen d’employer des enfants et d’imposer des conditions de travail et de logement indignes à ses salariés en Chine

Une piste, certes peu satisfaisante mais déjà à l'étude : l'affichage de la durée de vie des produits à l'achat ou encore une réduction de la TVA sur les activités de réparation .

Paul Emison pour DayNewsWorld