GROGNE CHEZ LES PILOTES D' EASYJET

Chaque année, la compagnie low cost EasyJet transporte plus de 78 millions de passagers. Mais de nombreux vols sont retardés ou annulés à la dernière minute en période estivale. Au mois de juillet, on ne compte pas moins de 541 vols annulés, contre 350 l’année précédente à la même période.

Dans une lettre ouverte au vitriol adressée au fondateur et principal actionnaire de la compagnie, Stelios Haji-Ioannou, le SNPL, principal syndicat de pilotes français, dénonce une stratégie où « l’employé est réduit à une variable d’ajustement, un coût, et le passager à un profit ».

Pour le syndicat la compagnie britannique programmerait plus de vols qu’elle ne peut en réaliser imposant des plans de vol « irréaliste » aux pilotes.

La sécurité des vols en pâtirait la direction n'hésitant pas à faire pression sur les équipes. La compagnie tenterait ainsi d’intimider les pilotes refusant d’user de leur pouvoir discrétionnaire. Ce dernier permet au pilote le dépassement de deux heures du temps légal de vol. Mais il s’agit d’une « prérogative, qui a vocation à n’être utilisée qu’en cas de circonstances exceptionnelles ou d’imprévus, et si l’équipage en est capable physiquement et mentalement ».

« Certains pilotes ont reçu des pressions car ils ont refusé d’exercer leur pouvoir discrétionnaire, explique le syndicaliste Nicolas Frick. On les a menacés de sanctions disciplinaires alors que c’est une mesure qui doit rester exceptionnelle. »

De plus le service au client s'avère déficient.

"C'est le client qui malheureusement se retrouve victime de cette spirale infernale avec des annulations de vols quotidiennes, des agents qui ne savent pas quoi leur répondre ni même leur trouver une chambre d'hôtel", écrit le SNPL.

Le SNPL souhaite participer à l’élaboration des programmes de rotations.

La compagnie britannique EasyJet se dit « surprise » par ces accusations et assure ne faire « aucun compromis sur la sécurité ».

L’annulation des vols serait dus à « une congestion de l’espace aérien, des conditions météorologiques difficiles et des restrictions du contrôle aérien », selon un porte-parole de la compagnie.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld